2 mamans ou 2 papas, ça change quoi?

La nuit, durant mes multiples phases d’éveil pour faire téter MiniPanda, mon cerveau fait son petit chemin tout seul. Parfois sur des sujets extrêmement futiles et d’autres fois, sur des choses un peu plus importantes.

Cette nuit, mon cerveau c’est mis à penser à cette copine de classe recroisée récemment. Devenue jeune maman, nous avons échangé sur nos bambins, nos façons de faire, nos petites habitudes.

Malgré tout, même si l’une comme l’autre nous sommes très ouvertes sur nos choix différents (moi allaitante, elle biberonnante, moi porteuse, elle pousseuse etc), je sentais que les mots employés, que les tournures de phrases étaient réfléchies. Le langage était fluide mais étudié, presque naturel et je pense qu’à force elle pense l’être car c’est devenu presque normal. Presque, c’est là que ça me gène. Lire la suite

Allaiter en public, un Hic au pays de Marianne

Allaiter partout est normal. Enfin pour moi.

Je ne fais rien de mal, je nourris mon enfant de la manière la plus naturelle du monde.
Personne ne dévisage une maman donnant un biberon à son enfant dans la rue, au restaurant, dans un centre commercial… Alors pourquoi, lorsque l’on allaite cela serai différent?

Parce qu’on donne le “Sein”??? Cette partie du corps si sexuée qu’on en oublierai presque son utilité?

Et non, désolée, la poitrine n’est pas initialement destinée aux plaisirs de ses messieurs et à leur envie d’y plonger leur tête (régression?), mais bien à nourrir nos bébés. Il n’y a d’obscène dans une poitrine hormis le regard posé sur elle. Regardez notre Marianne sur le tableau de Delacroix “La liberté guidant le peuple”, il n’y a rien de sexuel. Lire la suite

Ma petite victoire sur sa crise

Les crises, ça s’en va et ça revient et bien sûr jamais au bon moment.
Les colères de MllePanda sont plus rares, même si sa période d’opposition elle est belle et bien toujours là et épuisante.
D’ailleurs, hier j’étais tellement crevée que je ne vous ai même pas raconté ma petite victoire personnelle, ni ici et même pas sur MA PAGE Facebook .
 
Hier, et surtout hier après midi ça a été compliqué pour moi mais surtout pour MllePanda qui a du se faire, faire une prise de sang.
 
Bien sur pleurs et cris ont été au rendez-vous et c’était justifié. Enfin, jusqu’à un certain niveau.

Lire la suite

Ces personnes qui n’auraient jamais dû être parents

Plus les années passent et plus je me dis que sans elle je ne serai pas là, mais pourtant, je continu à penser qu’elle n’aurait jamais du avoir des enfants

Alors non, je vous rassure cela n’est en rien un appel à l’aide, je ne suis pas suicidaire et à ce jour je suis heureuse (enfin autant que l’on peut l’être dans une vie normale avec ses hauts et ses bas).
Mais mon passé ne fut pas tout rose, d’ailleurs certaines “séquelles” sont toujours présentes. Les démons du passé, les répercussions d’une enfance ou plutôt d’une absence d’enfance ayant été obligée de grandir trop vite, les marques d’une éducation très loin d’être bienveillante qui même cicatrisées laisserons à jamais leur traces.

J’ai beaucoup travaillé sur moi et je continue jour après jour à me remettre en question à chaque erreur de ma part et elles sont nombreuses. Mais en ce début 2019, à 32 ans maintenant je réalise enfin quelque chose. Je le savais depuis toujours, mais je ne sais pas, un déclic à fait que, c’est plus concret dans mon esprit. Lire la suite

Je n’ai plus envie de passer du temps avec elle

Je me déteste quand je me vois écrire ça et pourtant c’est ce que je ressens depuis quelques temps.

Je n’ai plus envie de passer du temps avec elle. De lui consacrer du temps, de m’épuiser à essayer de tout gérer et de faire au mieux pour elle.

Je sais que c’est difficile pour elle. Qu’elle n’a pas encore 4 ans et que c’est compliqué pour elle de gérer ses émotions, de devoir “subir” notre décision d’avoir un deuxième enfant. Lire la suite

Non, tous les bébés ne sont pas pas beaux

Qui n’a jamais fait des “hooooooooo” devant des vidéos trop choutes de bébés. Qui ne s’est jamais attendri en regardant des photos de ces petites bouilles d’amour ou été gaga devant un bambin croisé dans la rue.

Depuis toujours, je fonds devant les bébés et je languissais d’avoir mon ptit bébé à moi pour pouvoir m’émerveiller devant tant de mignonnerie.

C’est bien connu, tous les bébés sont beaux et quand c’est le notre, c’est la plus belle chose au monde. Oui, oui son bébé c’est toujours la première merveille du monde qui détrône toutes les autres !

Enfin, c’est ce que j’ai longtemps cru… Jusqu’au début de ma première grossesse en fait.

Lire la suite

De Maman à Mum Of 2, le bonheur qui rend fou.

Devenir parents est une des étapes les plus importantes dans la vie. Et pas la plus facile, soyons honnête.

Changement de vie, de priorités, ne plus vivre seulement pour soi mais pour un petit être. Les interrogations sont nombreuses et il n’y a pas de mode d’emploi pré-établi. On apprend jours après jours à être parents, de bons parents, avec son lot de réussites mais aussi de ratés.

Puis un jour, on a l’impression d’y être arrivée. On a l’impression que tout roule enfin et que l’on a trouvé notre rythme de croisière. Et c’est là, que l’envie d’un deuxième arrive. On est un peu maso je pense.
Lire la suite

2018, quand la normalité n’est plus naturelle

À l’heure des nouvelles technologies, d’internet et des réseaux sociaux ouvrant les gens au monde et face à tant de possibilités de découverte, l’ouverture d’esprit devrait être à son maximum. Pourtant ,j’ai l’impression que les êtres humains n’ont jamais été aussi peu connectés entre eux (ont-ils oublié d’activité leur Bluetooth ?).

4 semaines que nous sommes 4… 4 semaines que nous baignons dans le bonheur et pourtant une part de moi se sens mal.
Lire la suite

Dépression prénatale et si j’ouvrais les yeux.

(Billet perso, sans relecture, sans correction orthographique, sans même faire un visuel. Juste mes mots).

On parle souvent de dépression postnatale, de baby blues de burn out post partum, mais la dépression prénatale est peu connue voir tabou.

Bah oui, pourquoi être dépressive lorsque la plus belle chose au monde vous arrive.

Pendant longtemps certain on même pensé que les hormones de la grossesse protégeaient les mères de l’état dépressif.

On peut accepter, tolérer, comprendre qu’une future mère puisse faire une dépression prénatale lorsque les conditions de la grossesse ne sont pas favorables: grossesse pathologique, grossesse en solo, dépression pré grossesse, grossesse non désirée…

Mais lorsque dans l’absolu tous les voyants sont au vert et que la grossesse est désirée… Comment accepter cet état.
Lire la suite