Hoax, Fake News, Infos terminées. Arrêtez de polluer les Réseaux Sociaux.

Cela fait des mois et des mois, que dis-je des années maintenant que je fais la chasse à toutes ses infos que l’on fait circuler sans vérifier sur les réseaux sociaux.

À la base, cela part d’une bonne intention, c’est ça le pire. L’envie d’aider son prochain etc. Mais finalement, on noie nos murs, nos fils d’actualités de bêtises faisant disparaître l’utilité de la choses sous un amas de faussetés.

Comme à chaque fois que je vois ce genre de hoax/fake news/vieilles infos sur les réseaux sociaux je me permets d’écrire un petit mot expliquant que cela est faux ou plus d’actualité, j’ai pensé aujourd’hui en faire un article vous répertoriant tous ceux que je connais, en espérant que cette information permettra de limiter leur diffusion (et au pire je n’aurai pas à devoir ré-écrire un petit speech à chaque fois lol).
Lire la suite

J’ai eu peur et j’ai gueulé au lieu de la réconforter

Être mère est la plus belle chose du monde mais aussi la plus difficile à mes yeux. Enfanter dans l’absolu n’est pas difficile en soit , mais être une maman, LA maman que l’on voudrait être c’est ça qui est compliqué.

La société actuelle nous met une pression de fou (mais ça c’est pas nouveau) et ce dans tous les domaines. Depuis quelques années, le poids se pose particulièrement sur la parentalité. Les mentalités évoluent, les façons de faire aussi mais au lieu de nous tirer vers le haut cela bien souvent nous enfonce plus qu’autre chose. Au lieu de nous aider à nous améliorer, ce monde appuie là où ça fait mal, ou plutôt là où ON fait mal.

Et pourtant, nous n’avons pas besoin de ça, car franchement nous avons tendance à nous mettre assez la pression nous même pour être de bonnes mères. De meilleures mères. Cette pression que l’on s’auto-inflige dans l’espoir de nous améliorer, ne nous aide pas tant que ça en fait. Je pense même que moi, elle m’enfonce.

Et hier, j’ai craqué.

Lire la suite

Une dose d’amour en plus

Et oui, voici encore un article qui va parler d’amour. C’est super original hein pour la saint Valentin.

Bah quoi, je suis une blogueuse donc je suis un peu l’atmosphère ambiante (non désolée je ne parlerai pas de Pandacraft dans cet article Lol).
Étant un peu en perte de régime en ce moment (pour ne pas dire en prise de poids) vis-à-vis du blog (merci la fatigue et Netflix), il me fallait bien un tel thème pour arriver à vous écrire…

En effet, vous avez dû le remarquer, je ne poste pas beaucoup en ce moment. Ni ici, ni même sur ma page Facebook… Je vous rassure je vous aime toujours. Je suis juste fatiguée.

Mais non, ce n’est pas vous qui m’épuise (même si le blogging est un réel travail, mais il ne faut pas oublier que à côté je bosse 41h15 par semaine, j’ai une fille de 3 ans, un chéri, une maison… Bon OK je n’ai plus de vie sociale mais quand même lol c’est fatigant tout ça…

Puis bon, il faut avouer que je n’ai peut être pas été hyper honnête avec vous. Et si vous me connaissez un peu vous devez vous douter que ne pas être 100% moi-même avec vous m’a pesé.
Alors en ce jour de l’amour (même si il n’y à pas de jour pour s’aimer), je me suis dit qu’il était tant d’arrêter de vous faire des cachotteries…
Lire la suite

Je n’en suis pas morte, mais à quel prix.

Dans l’ère de la parentalité positive, de l’éducation bienveillante, nous voyons et entendons beaucoup de choses différentes. Nous avons les pro vs les contre, les spécialistes vs les autres.

Chacun y va de son avis, de son point de vue. Chacun met en avant ses convictions et ses expériences. Et dans cette envie de bienveillance dans l’éducation des enfants certains en oublie la bienveillance envers le reste du monde.

Je conçois que l’on ai des avis et des façons de faire différentes. Que chacun puisse faire ses choix en accord avec soi et ses possibilités. Car oui, il ne faut pas oublier que parfois vouloir n’est pas pouvoir même si le proverbe “quand on veut, on peut” nous est souvent jeté à la figure.

Et pourtant, ce n’est pas toujours facile et j’en suis la preuve. Je suis pour l’éducation bienveillante. Je suis pour mettre en avant l’épanouissement des enfants et leur estime d’eux même. Et pour cause.
Lire la suite

Si j’avais su… Je serai aller dormir.

Entre mes 15 et mes 25ans, j’ai enchaîné les nuits blanches et les nuits de 3 ou 4h de sommeil (et sans ressembler à un Panda le lendemain, non, non je pétais même la forme hein!).

À cette époque, c’était un choix… Ouep, je sais, dit comme ça maintenant, ça fait très masochiste lol “Je faisais le choix de ne pas dormir”… Put*** mais ma petite, si tu savais ce que tu rates!!!!

J’avais une vie super animée. Ouep, ouep je te jure, je sortais tous les soirs ou presque. Mais bon, pas spécialement en boite de nuit (Night-Club/Discothèque) ou en big soirée/Teuf. Bien souvent on se faisait des soirées calées chez des potes devant des films ou à discuter de tout et de rien, des virées nocturnes sur la plage ou des soirées belote/rami avec une bonne bouteille avec les parents de mes amis (bon ok on était déjà vieux avant l’heure, mais franchement nous passions de super soirées lol).
Lire la suite

Bloguer, cette passion compliquée

Bloguer est devenu une réelle passion. Ce qui, au départ, était un simple projet aillant pour but de m’aider à m’évader de ce monde dans lequel je m’étais enfermée, a pris une ampleur dans ma vie que je n’aurai pas envisagé avant.

Pour être honnête, quand je me suis lancée, je ne pensais pas tenir un mois. J’ai souvent des envies fugaces dans lesquelles je m’investis à fond puis dont je me lasse ou qui sont balayées par d’autres envies. Mais là, voilà plus d’un an que je suis là, que je me livre à vous et put*** que ça fait toujours du bien.

Alors, ok, il y a des hauts et des bas, des moments de doute, de lassitude, de colère aussi envers cette blogosphère pas toujours jolie-jolie. Mais l’apport humain est tellement énorme que cela efface tous ces vilains à côté.
Lire la suite

Regarde moi. Juge moi… C’est le jeu.

Être blogueuse c’est sans cesse être jugée et épiée. Même si cela peut-être lourd et blessant, je pense que nous n’avons pas vraiment le droit de nous en plaindre car c’est nous qui le choisissons. Du moment que l’on s’expose “sous le feu des projecteurs” d’une manière où d’une autre, il faut accepter de perdre la liberté de l’anonymat.
Je vous rassure, je n’ai pas pris la grosse tête et je ne me compare pas à une Star, loin de là. Cependant, en rendant public un petit bout de moi et en essayant d’être lue et donc vue, je dois accepter que les gens est une vision différente des choses… Et donc de moi.

Il y a quelque jour, on m’a dépeint un portrait de moi qui m’a blessé. Un portrait de moi qui ne correspondait en rien en ce que je suis réellement. Une image que je peux renvoyer sans le vouloir mais surtout qui peut-être “mal interprétée” quand on ne connaît pas les tenant et les aboutissants. Chaque personne à sa vie, son passé et bien souvent lorsque l’on décide d’ouvrir un blog “PERSONNEL” c’est que l’on a besoin de soigner quelque chose.

Il ne faut pas se leurrer, quand on décide de se livrer à des inconnus comme ça c’est quand même que derrière il y a un petit truc. Un besoin d’exorciser certaines choses, un besoin de reconnaissance, un besoin de flatter son ego. Bien souvent rien de méchant mais qui, face à un psy trouverai tout son sens.
Lire la suite

Ma première aventure Bloguesque, The E-Fluent 6

Depuis fin septembre, que vous soyez blogueuses ou non, si vous évoluez un petit peu dans cet univers, vous n’avez pas pu passer à côté  de l’effervescence générée par “The E-fluent 6“.

Bon, dans la blogo ça bouillonne mais quand tu es nouvelle ou une lectrice tu ne sais pas forcément ce que c’est que ce truc dont tout le monde parle et surtout qui excite autant les foules.

Pour être franche, si on résume de manière barbare ce que sont les E-fluents ce n’est pas si Wouaou que ça (et pourtant tu verras un peu plus loin que si). The E-fluent sont en fait un salon sur le thème de la puériculture et de l’enfance (un peu comme le salon du mariage qui se fait dans la salle des expo de ta ville ou le Salon de l’agriculture mdrrr).
Lire la suite

Mon syndrome du lapin blanc

Alice au pays des merveilles fut l’un des dessins animés qui m’a le plus marqué étant petite. Mais pas forcément en bien. Je ne dirais pas qu’il m’a traumatisé, mais je pense qu’il est ce qui m’a permis de mettre un nom ou un visage sur mes peurs (et étant totalement névrosée et ayant de nombreux traumatismes liés à l’enfance sur lesquels j’arrive plus ou moins à travailler, je peux vous dire que j’en ai beaucoup).

Depuis, quelques semaines, j’ai l’impression de vivre un mauvais remake du dessin animé (je ne ferai aucun commentaire vis à vis de la version Burton dont je suis fan en temps normal, mais qui pour moi c’est laissé bouffer par Disney). Bref.

Sauf que dans ma version, je ne suis pas Alice pour le coup (remarque je préfère lol), mais plutôt le Lapin Blanc.

J’ai l’impression de passer ma vie à courir après le temps, à courir d’une activité à une autre sans pouvoir profiter ou simplement vivre l’instant car je suis constamment en projection sur la tâche suivante.

Entre tout, je ne m’en sors plus. Enfin, si. Dans l’absolu, je gère (comme je peux, mais je gère). Mais pour combien de temps encore.
Lire la suite