Mon syndrome du lapin blanc

Alice au pays des merveilles fut l’un des dessins animés qui m’a le plus marqué étant petite. Mais pas forcément en bien. Je ne dirais pas qu’il m’a traumatisé, mais je pense qu’il est ce qui m’a permis de mettre un nom ou un visage sur mes peurs (et étant totalement névrosée et ayant de nombreux traumatismes liés à l’enfance sur lesquels j’arrive plus ou moins à travailler, je peux vous dire que j’en ai beaucoup).

Depuis, quelques semaines, j’ai l’impression de vivre un mauvais remake du dessin animé (je ne ferai aucun commentaire vis à vis de la version Burton dont je suis fan en temps normal, mais qui pour moi c’est laissé bouffer par Disney). Bref.

Sauf que dans ma version, je ne suis pas Alice pour le coup (remarque je préfère lol), mais plutôt le Lapin Blanc.

J’ai l’impression de passer ma vie à courir après le temps, à courir d’une activité à une autre sans pouvoir profiter ou simplement vivre l’instant car je suis constamment en projection sur la tâche suivante.

Entre tout, je ne m’en sors plus. Enfin, si. Dans l’absolu, je gère (comme je peux, mais je gère). Mais pour combien de temps encore.

Je sais que je ne suis pas la seule dans le cas. Beaucoup de femmes sont working girl, maman, compagne, amie, femme, blogueuse et arrivent à tout gérer de main de maître sans se plaindre.
Malheureusement, je ne suis pas de ces femmes.

Depuis toute petite, j’ai toujours tout géré. Très jeune déjà, je m’occupais de la maison, de mes frères et soeurs et même de ma mère (cherchez l’erreur). Très jeune, j’ai dû assumer une vie trop lourde pour une enfant de mon age. Aujourd’hui, même si j’aurai préféré avoir une autre vie, je ne renie pas cette partie de mon passé car c’est ce qui a fait celle que je suis aujourd’hui. Et celle qui fait que malgré tout, j’arrive encore à garder la tête hors de l’eau un minimum.

Sauf que aujourd’hui, je commence à manquer d’air… et de temps.

Depuis que je me suis mise avec PapaPanda, ma vie est devenue plus belle mais différente. Les premières années, ma vie c’est décalée de celles de mes proches (enfin les rares qui me restaient vu que mon rythme professionnel avec mon ex a effacé 90% de ma vie sociale lol).

En effet, je travaillais la semaine mais j’étais “libre” car PapaPanda lui était sur sa base. Par contre les week-ends, lorsque mes amies étaient dispo pour sortir, je préférais quant à moi rester avec mon homme et profiter des rares moments avec lui (quelques heures du vendredi soir au dimanche 16h00).

Certains l’ont compris, d’autres non, une sélection naturelle c’est faite dans mon entourage. Et à la naissance de MllePanda étant la seule installée mais seule à gérer, l’écart c’est encore creusé entre moi et les autres. En effet, même si en temps normal je n’aime pas les exclusions de ce genre, on ne peut pas comprendre la vie d’une “femme de militaire” tant qu’on ne la vit pas (idem avec la police, pompier, gendarme [même si c’est comptabilisé déjà dans militaire] etc).

Bref, je me suis enfermée dans mon petit monde afin de me protéger et surtout pour contrôler un maximum ma vie afin de ne pas me laisser déborder. Nous étions seules et ne pouvions compter que sur nous au quotidien. J’ai appris à gérer et à me débrouiller seule. PapaPanda était là mais sans être là et je ne pouvais me reposer sur lui (même ces rares moments de présence car je voulais qu’il puisse profiter à 100% du peu de temps qu’il avait avec nous).

C’était dur mais j’arrivais à peu près à gérer MllePanda, les papiers, les factures, la maison, le ménage, les lessives, les courses et le travail 20h00 par semaine. J’arrivais même à faire en sorte que le vendredi soir arrivé, tout soit clean, fait afin que nous puissions profiter du week-end sans corvées ou obligations.

Ouais bon, ça a duré un temps. Car il faut avouer que faire tout ça prend une énergie physique et mentale ENORME. Et que malheureusement les batteries se déchargent plus vite qu’elles ne se remplissent. Et au bout d’un moment, on vit sur les réserves et ça ce n’est pas bon.

Cela fait déjà un moment que je surfe sur mes réserves. Mais l’échéance de la fin de la marine pour PapaPanda approchant, je me disais qu’il fallait que je tienne jusque là et qu’après je serai un peu plus tranquille et que je pourrai enfin souffler et retrouver du temps pour moi, pour me ressourcer et enfin avoir une épaule sur laquelle me reposer au quotidien.

Mais la vie est pleine de surprises (et malheureusement pas que des bonnes… Rarement même…). Et la vie que nous avions imaginé est partie en fumée. PapaPanda avait trouvé un travail avant même la fin de son contrat (et qui lui laissait 3 mois de vacances pour souffler et profiter de nous). MllePanda allait rentrer à la maternelle et moi j’avais trouvé un boulot juste à côté de la maison. Normalement, tout devait être top. Nos boulots nous permettrais de nous relayer à peu près pour gérer sans trop de garde MllePanda (et nous avions trouvé une super personne pour la garder si besoin). Bref, une vie “Normale” où je pourrai enfin être Moi, en tant que personne et pas seulement en tant que Maman gère tout.

Sauf que… PapaPanda n’a pas eu son poste comme prévu (contrat supprimé) et moi je me suis vue proposer un poste super et bien plus intéressant mais avec une amplitude horaire bien plus importante aussi soit 41h15! Bon, finalement le fait que PapaPanda n’ai pas eu son poste sur ce coup là n’est pas mal car cela lui permet de gérer MllePanda (chose que je ne peux pas faire avec mes horaires la journée) et sans avoir à payer une nounou, plus cher que ce que l’on gagne (j’en avais un peu parlé ici ).

Sauf que moi (oui, sur ce coup c’est beaucoup de “moi je” désolée), je passe d’une gestion de vie à 2 + 1 occasionnel, avec un planning de 20h de taf semaine (en finissant à 14h30 tous les jours, avec mes mercredis et week-ends complets), à une gestion de vie à 3 avec 41h15 de taf  dans les pâtes, une amplitude horaire de 7h45-18h00 après quoi je dois gérer les repas, les affaires du lendemain, les papiers, les factures, les lessives, les courses et les organisations des événements annexes (comme l’anniversaire de MllePanda, Noël etc etc etc). Heuuuuuuu, désolée mais je ne suis ni Shiva, ni WonderWoman, ni un robot, ni Joséphine (oui t’as vu la référence). Physiquement, je n’arrive plus à suivre, mais mentalement c’est pire. Il faut que je pense à tout, que je gère tout.

PapaPanda est là ok, il gère MllePanda (du moins au quotidien, la faire manger, la mettre à la sieste jouer avec etc). Mais c’est à peu près tout (Les rdv chez le doc, les activités diverses et variées etc..).

J’entends déjà certaines dire “décharge toi” et donne lui des choses à faire. Bah c’est ce que je fais, sauf que… Bah ce n’est pas fait. D’autres me diront (ou les mêmes ), bah si c’est pas fait tant pis à force il en aura marre et il se bougera. Ok, sauf que je vais au boulot à poils? J’habille MllePanda avec les mêmes fringues tous les jours? on commande des pizzas tous les soirs? (et adieu tout mon travail pour perdre du poids).

L’administratif, ce n’est même pas la peine, il n’y comprend rien (et ne cherche pas vraiment non plus, c’est tellement facile de laisser chérie gérer). Et là pareil, je ne peux pas laisser traîner, nous n’avons pas les moyens pour cela.

Bref, je me mets peut être la pression toute seule mais j’ai besoin que les choses soient carrées. J’ai vécu dans une telle désorganisation (pour ne pas dire non organisation) enfant et je l’ai tellement mal vécu que, maintenant, j’ai besoin de bases solides pour pouvoir me relâcher.

Il est à présent parmi nous, mais malgré tout je me sens encore plus seule dans la gestion de mon quotidien. J’avais peut-être trop d’espoir. J’idéalisais peut-être cette vie à trois comme un soulagement.

Je l’aime et je suis heureuse. J’aime notre vie et notre famille. Mais là, je suis à bout de souffle.

Je n’ai plus de vie à moi (à part ici). J’ai perdu ma dernière vrai amie. Mon pilier, mon tout depuis 14 ans car je n’arrive plus à gérer mais que sans être à ma place, en étant extérieure on ne peut pas le comprendre. Pour elle, ce n’était qu’un petit effort à faire, pour moi c’était bien plus.

C’est ma faute, car c’est ma vie et c’est à moi de la reprendre en main. C’est à moi d’envoyer valser ce qui n’est pas essentiel pour me concentrer sur le nécessaire. Sauf que, aujourd’hui, je suis noyée sous une tonne de choses et je ne suis plus à même de faire le tri.

À trop vouloir gérer seule pour n’embêter personne, bah je me trouve seule à ne plus rien gérer du tout.

Alors vous me direz en plus de tout cela, alors que je n’arrive déjà plus à faire ce que je dois faire, je m’impose ce blog qui est une charge importante de travail et de temps malgré tout. C’est vrai, mais en même temps, pour le coup, j’en ai besoin. C’est ma soupape de sécurité. C’est mon moyen à moi pour vider le trop plein, pour avoir mon moment perso tout en pouvant le mettre entre parenthèse à tout moment et en pouvant gérer autre chose à côté (comme bien souvent, je blogue entre deux petites choses à la maison). C’est une chose que je peux reporter, déplacer, annuler sans grande conséquence mais qui quand j’arrive à écrire comme là, me fait un bien fou.

Ici, je ne réfléchis pas, je n’ai pas peur de casser ou de perdre quoi que ce soit ( ou qui que ce soit car je l’ai déjà perdu). Ici, je peux mettre le temps entre parenthèse (et comme là écrire entre 2 interventions au travail ou 2 bouchées de mon repas de midi).

Alors oui, c’est du temps de perdu sur le reste, mais un temps nécessaire pour ne pas perdre totalement pied.

Je passe ma vie à courir après le temps et après ce que je ne pourrai avoir. Comme le lapin blanc d’Alice je n’ai pas le temps, mais il faut que j’en trouve si je ne veux pas finir comme le Chapelier Fou.

 

Une réflexion sur “Mon syndrome du lapin blanc

  1. GToch dit :

    Il y a quelques semaines je me trouvais dans le même terrier que toi **à cause de tout autre chose finalement**.
    Tout comme toi j’aime les gestions carrées, ordonnées, directes… mais tout comme toi je n’ai que deux bras…
    Ça ne va pas te plaire mais Papa est une partie de la solution. Je me fais violence pour voir les tâches faites à la dernière minute, faites différemment ou bien pas faites du tout. Mais c’est le seul moyen pour pouvoir respirer un peu.
    Bon courage ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *