Regarde moi. Juge moi… C’est le jeu.

Être blogueuse c’est sans cesse être jugée et épiée. Même si cela peut-être lourd et blessant, je pense que nous n’avons pas vraiment le droit de nous en plaindre car c’est nous qui le choisissons. Du moment que l’on s’expose “sous le feu des projecteurs” d’une manière où d’une autre, il faut accepter de perdre la liberté de l’anonymat.
Je vous rassure, je n’ai pas pris la grosse tête et je ne me compare pas à une Star, loin de là. Cependant, en rendant public un petit bout de moi et en essayant d’être lue et donc vue, je dois accepter que les gens est une vision différente des choses… Et donc de moi.

Il y a quelque jour, on m’a dépeint un portrait de moi qui m’a blessé. Un portrait de moi qui ne correspondait en rien en ce que je suis réellement. Une image que je peux renvoyer sans le vouloir mais surtout qui peut-être “mal interprétée” quand on ne connaît pas les tenant et les aboutissants. Chaque personne à sa vie, son passé et bien souvent lorsque l’on décide d’ouvrir un blog “PERSONNEL” c’est que l’on a besoin de soigner quelque chose.

Il ne faut pas se leurrer, quand on décide de se livrer à des inconnus comme ça c’est quand même que derrière il y a un petit truc. Un besoin d’exorciser certaines choses, un besoin de reconnaissance, un besoin de flatter son ego. Bien souvent rien de méchant mais qui, face à un psy trouverai tout son sens.

Ce que certaines, parfois peuvent prendre pour le “syndrome du Caliméro”, n’est souvent qu’un besoin d’attention mais surtout un gros manque de confiance en soi. Enfin, pour ma part.

Par exemple, quand je dis que je ne me sens pas comme étant une “vrai blogueuse” ce n’est pas pour me faire plaindre ou pour qu’on me dise “mais si tu es une vrai blogueuse”. C’est simplement que sur le moment, quand je le dis, je le pense. Je n’ai pas confiance en moi, et personnellement quand je vois mes copinautes qui se cassent le cul pour leur lecteur et que moi je ne fais que écrire et partager ma vie égoïstement car ça me fait du bien, bah je me dis que je ne suis pas une blogueuse… Quand je suis allée aux E-fluent j’étais toute excitée, mais une fois sur place… Je me suis fait chier… Non, c’est pas vraiment vrai, car heureusement j’étais bien entourée, mais très vite je me suis rendue compte que je n’avais pas grand intérêt pour les stands, que ce que je voulais c’était rencontrer mes copinautes mais que elles n’étaient pas venues que pour ça mais pour les stands (normal en même temps). Et très vite, je ne me suis pas sentie à ma place car une fois les 3 marques qui me plaisaient, à titre perso faites, bahhhh… Je n’aurai pas eu mon billet de train déjà prit pour 18h00, je pense qu’entre la fatigue et tout, je serai partie avant. J’ai passé, 30 minutes assise, à regarder autour de moi (limite à me demander ce que je fous là), avec Marilyne de Sécurange à côté sans même oser lui dire juste merci pour ce qu’elle fait.

Bref, je n’ai pas confiance en moi, et je pense que si je me cache aussi derrière Maman Panda (outre le fait que je pense à ma fille et à mon homme qui eux n’ont rien demandé) c’est aussi car cela me permet de dire tout haut ce que je n’assumerai pas de dire dans ma vie.

Je suis franche, honnête et entière et mon manque de confiance en moi ne change pas cela. Je ne trahi pas mon avis ou mes convictions pour aller dans le sens des autres et si j’ai un merde à dire je le dis. Mais cela ne veut pas dire que ça ne me bouffe pas de l’intérieur, car je ne réfléchis pas à ce que je dis (je ne sais pas si c’est mon côté entière ou mon côté blonde lol), je le dis car je pense, je le ressens. Je le dis car pour moi, je ne peux pas faire autrement que de faire sortir mes pensées et mes sentiments. Mais bien souvent après je me dis que… Je n’aurai pas dû, ou que même si le fond y était, la forme elle par contre laisse à désirer. Je me remets sans cesse en question car pendant 15 ans de ma vie, je me suis évertuée à faire de mon mieux pour que, finalement, l’on trouve toujours à redire. Pour que l’on détruise en 2 mots tout ce que j’avais fait. Être jugée encore et toujours.

J’ai grandi, j’ai appris…

J’ai 31 ans et aujourd’hui , la seule chose en quoi j’ai confiance c’est mon rôle de mère. Même si je sais que je fais des erreurs, que bien souvent je ne suis pas parfaite, JE SAIS que je suis faite pour cela et que j’apprends de mes erreurs et que ces dernières ne sont pas si grave. Que JE SUIS une maman, une vrai et pas seulement une mère génitrice. Je le sais.

Mais pour le reste, c’est une autre histoire.

Mais je pense ici être le plus honnête possible avec vous. Je ne suis pas toujours au top et ok ça peut être chiant, je n’ai pas de vie bling-bling (comme l’a si bien dit une de mes abonnées hier), mais je suis vrai. Ce que je dis, je le pense, je le fais. Et je pense que je ne peux pas faire plus dans l’authenticité (à part peut-être vous amenez aux chiottes avec moi lol).

Donc petite mise au point , pas pour celle qui m’a donné envie d’écrire cet article car nous avons discuté et il n’y a aucun problème entre nous, mais simplement car elle m’a fait comprendre que l’image que les gens pouvaient avoir de moi n’était pas celle que j’étais réellement (je ne dirais même pas celle que je voudrais être à vos yeux car cela voudrai dire que j’essaie d’influencer votre regard sur moi). Qu’il est facile d’être jugée sans que personne ne cherche vraiment à savoir.

Non, je ne dis pas que je ne suis pas une vrai blogueuse (même si je le dis de moins en moins depuis cet article ) pour me faire plaindre ou autre mais simplement car c’est ce que je ressens vis à vis de l’image que “MOI” j’ai de la “BLOGUEUSE”.

Non, je ne fais pas de lèche ou je ne brosse pas les gens dans le sens du poil pour me faire bien voir ou pour obtenir des partenariats (LOL pour le dernier cas, des partenariats je n’en ai quasiment pas et sachez que certains qui m’ont été proposé je les ai refusé car pas dans ma ligne éditoriale, pas dans mon univers ou dans mon secteur et que je les ai TOUS réorienté vers des copinautes).

Oui, je n’ai pas confiance en moi, mais cela ne m’empêche pas de dire ce que je pense même si cela ne plait pas (la preuve j’ai réglé mes comptes aux E-fluent en public devant d’autres blogueuses et marques avec une Enseigne  avec laquelle j’avais eu un différent personnellement). Et je sais que ce billet ne plaira sûrement pas encore une fois mais de toute façon, on ne peut pas plaire à tout le monde.

Mais je pense que, lorsque l’on cherche à combler un manque quel qu’il soit, que l’on se lance à corps perdu dans une aventure en n’ayant en tête le positif que cela peut nous apporter, on occulte les embûches que l’on peut rencontrer… Et pourtant ces difficultés sont celles qui nous font grandir et avancer. Alors même si cela me fait mal et que je m’en passerai bien. J’accepte d’être jugée. J’accepte vos critiques et vos remarques, tant bien qu’elles soient un minimum fondées et qu’elles ouvrent au dialogue… Sans quoi, tu seras bien servi(e) …

Ps: Et non ce n’est pas un article pour faire le “Buzz”, juste que depuis quelques jours ça me tournait dans la tête et fallait que ça sorte pour que je passe à autre chose. Mais bon 😉 tu sais mieux que moi ^^

Une réflexion sur “Regarde moi. Juge moi… C’est le jeu.

  1. GToch dit :

    Je ne dois pas être finie car je n’arrive pas et surtout je ne veux pas me faire une image des gens derrière leur écran… Ce n’est pas possible.
    Ça me plaît, je lis et si le coeur m’en dit je commente 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *