Les clés d’un allaitement réussi

Et oui, aujourd’hui encore je vais vous parler allaitement, mais Mesdames les Biberonnantes vous pouvez rester et lire aussi car cela vous concerne aussi (et non pas pour dire que le Biberon c’est mal, que le sein c’est mieux, je vous rassure).

Pourquoi parler encore d’allaitement. Bah, tout simplement car je suis en plein dedans depuis presque 4 mois pour la deuxième fois (je rappelle que j’ai allaité MllePanda 10 mois).

Aujourd’hui, je vais vous donner MES clés pour un allaitement réussi.
Je ne suis pas une Pro et je ne fais pas partie du corps médical. Je ne suis pas une conseillère en lactation certifiées IBCLC (IBCLC est le sigle de International Board Certified Lactation Consultant), ni même la mère de X enfants allaités + de 2 ans.

Je suis juste une maman, comme vous, mère de 2 enfants qui a réussi une jolie petite aventure lactée avec MllePanda malgré mes erreurs (et qui en a appris beaucoup).

L’allaitement c’est quoi?

C’est la façon la plus physiologique de nourrir son bébé, étant donné que c’est comme ça que la nature nous a fait. Mais pour moi c’est n’est pas l’essentiel. Allaiter c’est surtout un choix (oui, j’entends déjà les PRO-allaitantes crier que si on a des seins c’est fait pour ça, que l’on est biologiquement équipée pour etc etc).
Ok, à l’origine oui, et dans l’absolu c’est vrai. Mais à ce jour, les temps ont changé, ont évolué (pas toujours en bien, ça je le concède) et la femme à le choix de faire ce qu’elle veut de son corps (on se bat assez pour non?) et donc d’allaiter ou pas.
Bah oui, on est bien conçu avec 2 jambes pour marcher, ça n’empêche que si on doit choisir entre faire 50 bornes à pied ou en voiture/bus/train/etc, le choix est généralement vite fait, et pourtant rien de plus naturel à la base que de marcher pour se déplacer (si si, mon analogie tiens la route je vous assure).

Bref, l’allaitement est un choix personnel et comme je le dis souvent : Il vaux mieux un biberon donner avec amour qu’un allaitement fait à contre coeur car ce n’est pas QUE le côté nutritif qui compte, l’essentiel c’est aussi l’amour qui se passe dans ce moment .

Du fait qu’aujourd’hui l’allaitement est UN CHOIX, chacun y va de son avis, de son conseil, de ses remarques qui, soyons honnête… Nous emmerdent.

Vu que l’allaitement n’est plus la seule option, tout le monde se permet d’y mettre son grain de sel.
Bizarrement, personne ne vient te faire chier, lorsque tu as besoin d’aller aux toilettes (héhé tu l’as vu le jeu de mots pourris lol), par contre quand bébé à BESOIN de téter (chose tout aussi biologique), là oui.

Lorsque l’on donne le biberon c’est “plus simple” dans le sens où c’est codifié, il y a des règles, des horaires, des quantités etc… Donc, si tu suis les directives, que bébé grandisse bien ou pas, que bébé prenne du poids ou non, ce n’est pas toi le problème car tu as fait ce qu’il faut.

Pour l’allaitement… Bah désolée mesdames, mais comme tout ce qui est biologique, même si il y a des études, des expériences, des choses établies avec le temps, chaque maman, chaque enfant, chaque allaitement est différent.
Alors je reconnais que c’est bête car, un bébé au biberon évolue à son propre rythme aussi et  à des besoins qui lui sont propres… Mais ce n’est pas pareil… Pourquoi? Parce que sur la boite de lait en poudre, il y a le mode d’emploi et malheureusement ce n’est pas le cas sur notre poitrine (enfin, je suis sûre qu’il y a au moins une femme dans le monde qui se l’ai fait tatouer mais ça ne compte pas).

Puis le plus gros problème surtout, mais ce n’est que mon avis (et celui de pas mal de mamans allaitantes de ce que j’ai vu ) c’est que nos chères ” Blouses Blanches bac + X”, ne sont malheureusement pas souvent formées, informées.

En effet, lorsque un nouveau lait maternisé sort, il y a un gentil laboratoire qui les contactent afin de leur faire un cours magistral sur les biens fait du produit, les modes d’administration, etc (le tout, dans une belle salle avec cocktail et petits fours… Bon ok, là j’abuse un peu mais vous voyez ce que je veux dire). Par contre, pour l’allaitement, lorsqu’il y a des découvertes, des avancées etc là personne ne vient les prendre par la main pour leur dire comment cela se passe, cela doit être de leur initiative. Et autant dire que peu de professionnels de santé font la démarche d’aller faire des recherches sur le sujet (Je conçois tout à fait qu’avec la charge de travail qu’ils ont, ils n’ont pas forcément envie, ni que ce soit leur priorité). Ce qui fait que, au sujet de l’allaitement, certains ne sont pas à la page, et ont des décennies de retard.

Cette méconnaissance du corps médical en soi n’est pas bien grave dira t-ont car elle ne met pas en danger directement et que au pire cela se finira en biberon.

Mais mettre en danger un allaitement, un choix personnel par le biais de mauvais conseils, en remettant en cause les façons de faire de la maman, etc peut aussi avoir des répercussions néfastes.
Une maman ayant fait ce choix et dont l’allaitement est remis en cause par une personne de “référence” peut entraîner un mal être (mettant justement en péril l’allaitement pour rien), une déception en cas d’échec allant même parfois dans les cas les plus sensibles vers une dépression post-partum (la mère se pensant nulle car incapable d’arriver à nourrir son enfant).
Tout ceci pourrait-être évité si les professionnels connaissaient et expliquaient le rythme naturel du bébé allaité, si ils vérifiaient les freins de langue et de bouche qui peuvent gêner le bon déroulement de l’allaitement, si ils précisaient que la sucette peut effectivement être une solution pour un bébé en grand besoin de succion mais que cela peut aussi créer une confusion sein-tétine ou diminuer la lactation car moins de stimulation et bébé peut sauter des tétées…

Tant de petites choses qui aideraient les mamans à mieux comprendre et mieux gérer leur allaitement si c’est leur envie.

Déjà que certains “proches” viennent mettre leur nez alors que cela ne les regarde pas et y vont de leurs réflexions qui pèsent plus que ce qu’elles n’aident:

  • Tu vas le nourrir jusqu’au lycée?
  • Il vient de boire il y a une heure, tu devrais lui donner un biberon, tu n’as sûrement pas assez de lait si il a encore faim.
  • T’as pas honte de t’exhiber comme ça?
  • Papa n’est pas jaloux que bébé prenne ça place (heu, comment dire que à la base c’est l’inverse non?)
  • etc…

Difficile pour une maman, que ce soit son 1er ou son Xème enfant, d’arriver à démêler le vrai du faux dans tout ça, et déjà que le cerveau d’une maman allaitante ou biberonnante fonctionne H24, si en plus on vient l’embrouiller.

Bref, une fois de plus, j’écris, j’écris mais j’en oublis l’essentiel.

MES clés pour réussir son allaitement. Enfin, plus MA clé, celle qui ouvre toutes les portes (ou presque): FAITES VOUS CONFIANCE!

Une blouse blanche et des années d’études sont dans certains cas effectivement les références à écouter (et encore, même là, si vous avez un doute sur ce qu’on vous dit, n’hésitez pas à suivre votre instinct et demandez un deuxième avis pour être sûre). Mais, bien souvent une maman est la mieux placée pour savoir ce dont a besoin son enfant (un papa aussi bien sûr pas de discrimination ici, mais là le papa n’a pas de tétous lol).

La maman est celle qui est pratiquement H24 avec son enfant, qui le voit évoluer, communiquer à sa manière et qui est la plus à même de décrypter les signes (que ce soit la faim, la fatigue, l’envie/besoin de câlins, le besoin d’être changé etc).

Il existe des cas de fortes dépressions post-partum qui effectivement inhibent tous les capteurs sensoriels de la mère et qui font qu’elles coupent les récepteurs de ces signes chez la mère. Mais cela est rare. Alors oui, parfois cela prend du temps, il faut s’apprivoiser, apprendre, mais ça c’est la base de la vie d’une maman. On peut avoir une fibre maternelle innée mais on ne née pas Maman, on le devient et on grandit ensemble, on s’apprend mutuellement.

Pour l’allaitement c’est pareil. Un allaitement se fait à la demande (et non à X heures d’intervalle comme avec le lait maternisé, sa composition n’est pas la même et son temps de digestion non plus, la quantité ingérée non plus etc). Une tétée peut être demandée par bébé pour combler un besoin nutritif mais aussi un besoin affectif. Il y a autant de types de tétées que de positions possibles (et oui mesdames ne stressez pas si bébé n’est pas en position parfaite comme sur la photo ou comme la Sage Femme vous l’a montré. Du moment que bébé mange bien, qu’il ne vous fait pas mal, pas besoin de le remettre en place toutes les 3 secondes).

Le stress joue sur beaucoup de choses chez l’être humain: La qualité du sommeil, la faim, l’état physique général et donc bien sur, l’allaitement aussi.

Donc si vous stressez car bébé ne prend pas assez de poids sur la courbe de son carnet de santé (qui n’est pas forcément correcte pour les bébés allaités), que vous appréhendez la prochaine visite chez le pédiatre, que l’on vous serine que bébé est trop souvent au sein et que c’est le signe que quelque chose ne “Marche pas” etc ce n’est pas bon et c’est ce qui risque de mettre en péril votre allaitement car au premier moment de faiblesse, on se laisse vite convaincre que le Lait artificiel est plus sûr et là ça peut tout gâcher (confusion sein/tétine, préférence pour le bibi dont le débit est plus régulier etc, ou départ pour un allaitement mixte qui se passe bien aussi faut pas non plus dramatiser parfois ça marche mais pas toujours et après on peut le regretter).

Pour MllePanda, j’étais très affectée par les dires des gens malgré mon envie et mes convictions. Je pensais me faire confiance mais leur voix raisonnaient quand même dans ma tête et cela me faisait parfois douter ou m’agacer.

C’est en débutant mon allaitement avec MiniPanda que j’ai vraiment pris conscience de la différence, celle qui remet tout en cause.

Entre ses deux allaitements, j’ai lu beaucoup, parlé beaucoup, appris beaucoup. Je suis devenue blogueuse sur la parentalité et j’ai donc rencontré sur mon chemin d’autres mamans, allaitantes, tire-allaitantes ou biberonnantes, porteuses ou pousseuses avec leurs expériences, leurs avis, leurs convictions. J’ai écouté, lu, pris ce qui me correspondait, fait des recherches sur ce qui me dérangeait.

J’ai commencé cet allaitement avec des doutes bien sûr, mais avec une certitude. Si j’avais réussi à allaiter MllePanda 10 mois avec toutes les erreurs de débutante que j’avais fait et si tout c’était bien passé, cela se passerai bien cette fois ci aussi (hors gros problème médical évidemment que l’on ne peut prévoir).

Alors cette fois, je m’écoute, je me fais confiance et je fais confiance en MiniPanda et il se trouve que je vis cet allaitement différemment. Je le vis réellement, sereinement, pleinement. Je le ressens (oui, je sais cela fait très chelou dit comme ça).

Et je me rends compte, que les paroles d’encouragements, rassurantes et dé-culpabilisantes ont un effet sur la lactation et sont encore plus efficaces que les tisanes d’allaitements ou les aliments galactogènes (et certaines copinautes diront la même chose je pense, hein les filles 😉 ).

Donc une des clés, pour moi, d’un allaitement réussi, comme pour tout ce qui concerne la maternité en fait, c’est de se faire confiance et de faire confiance à ce petit être qui, malgré son inexpérience de la vie, en sait plus sur ses besoins que n’importe qui.

Écoutez-vous et surtout écoutez bébé, et tout devrait bien se passer.

 

 

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Laetitia dit :

    Bonjour, merci de ton partage.
    J’ai eu la chance d’allaiter ma fille 18 mois, se fut juste un pur bonheur.
    Mais aussi car j’ai été bien conseillé avant sur l’allaitement, la position, les choses à ne pas faire, à manger pour favoriser la monté de lait…….
    A la mater, elles( car j’ai eu que des femmes) ont été au top aussi.
    C’est vrai qu’une bonne information aidé beaucoup au bon déroulement de l’allaitement.
    Mais aussi, qu’il faut le vouloir, et être alaise, j’ai une de les soeurs qui était complexé par sa poitrine et n’a pas pu allaiter sa fille, pour sa deuxième elle se sentait mieux et à pu en profité.
    Bonne journée.

  2. Sarah dit :

    Coucou
    Un grand merci pour ce partage ! J’ai adoré ta manière de rappeler que chaque allaitement est différent et que chacun fait comme il le souhaite. Personnellement, j’avais essayé avec mon fils. Je voulais absolument lui donner le colostrum. J’ai essayé de continuer mais lui comme moi, on a senti que non, ce n’etais pas fait pour nous. J’ai eu beaucoup de « tu aurais du insister » maiis au final, je ne regrette pas. J’ai fait les choses comme je les ai senti

    • Maman Panda dit :

      C’est tout à fait ça. Il faut que ce soit un choix et non une obligation. Et si tu ne le sentais pas tu as bien fait d’arrêter, se forcer ne sert a rien et n’est bon pour personne.
      Enfin de mon point de vue, après y’en a toujours qui trouveront à redire quoi qu’on fasse lol

  3. Ma vie de maman fois 4 dit :

    Coucou
    Sacré article, ici j’ai préféré le bib pour les 4, je n’avais aucune envi d’allaiter, comme tu dis il vaut mieux un bib donner avec amour que allaiter à contre cœur

  4. Anais dit :

    Je penses en effet que le maître mot est de faire confiance et prendre son temps. Ps tout le temps facile mais indispensable pour des boobs lactés

  5. bien d’accord avec toi :il faut s’écouter. SI on a envie de donner le sein, et la fois d’apres le bib, on fait bien comme on veut. Et les jugements des autres j’an envie de dire, ben on s’en tape 🙂

  6. Summer Girl dit :

    Pas tjs évident de tomber sur du personnel compétent, pour mon deuxieme bébé après avoir galéré pour tirer mon mari pour mon 1er bébé j’étais particulièrement fière car à la mater mon bébé était celui qui avait pris le plus de poids en étant nourri exclusivement au sein 💛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :