Notre aventure lactée. 1 an d’allaitement

1 an déjà, 1 an de toi, de nous, d’allaitement. Le temps passe trop vite.

Il y a un an, je vous racontais la naissance de mon petit MiniPanda (ici). Une naissance rapide et parfaite, tout comme le début de notre aventure lactée.

Pour MllePanda, l’allaitement était autant une envie qu’une peur car c’était l’inconnu. Pour Mini, j’étais plus sereine car j’avais déjà 10 mois d’expérience et surtout j’étais beaucoup plus informée que je ne l’avais été pour Mlle. Cette fois, je ne referai pas les mêmes erreurs. Je ne prendrais pas les mêmes risques (Biberons de lait tiré, sucette, etc car je n’étais pas informée à l’époque).

1 an d’allaitement.

Posé contre moi depuis seulement quelques minutes, Mini c’est de suite jeté sur mon sein. Et, pas besoin de lui montrer comment faire, Monsieur connaissait déjà toutes les bases de la tétée. Une bonne prise, une succion efficace, une déglutition maitrisée, et même le majeur levé pour dire ” Laissez moi téter en paix” (oui je donne la version polie) .


Et depuis, tout a toujours été aussi simple.

J’ai peut-être de la chance car je lis souvent des messages de mamans qui galèrent avec leur allaitement.

Alors oui, il y a parfois des problèmes de physiologique ( de prise en bouche à cause de freins pas ou mal diagnostiqués), des problèmes très souvent liés à de mauvaises informations ou à un manque d’accompagnement. Des problèmes de santé. etc..

Mais je pense aussi, que malheureusement, une grande partie des problèmes d’allaitement est lié… À un manque de confiance.

De confiance en soi, en bébé, en l’entourage.

Pour Mlle, j’ai pas mal douté. Les gens autour ne m’accompagnaient pas et au contraire, y allaient tous de leur petit commentaire absolument pas constructif. Ils n’y connaissaient rien mais ramenaient leurs sciences comme si ils savaient tout. Ils avaient leur avis, par rapport à LEURS vies, LEURS envies, LEURS projets, sans prendre une seule fois en compte que l’on parlait de moi et non d’eux.
Ils avaient l’air tellement confiants, avaient plus d’expérience etc qu’ils arrivaient à me faire douter, même si, au fond de moi, je savais que je faisais bien. Mais… Cela me touchait, m’affectait et par là influait sur mon allaitement.

Baisse de moral = (bien souvent) Baisse de lactation. Et si on rajoute à ça la fatigue, le stress de la vie de tous les jours etc etc … Bah… Bref, j’ai réussi à l’allaiter jusqu’au jour de ses 10 mois et je trouve cela déjà bien vu les circonstances.

Mais là, 6 mois d’allaitement exclusif malgré la reprise du travail à 3 mois (je travaille à 200m de chez moi et pouvais faire les aller-retour tétée) et 1 an d’allaitement (exclusivement au sein, MiniPanda n’a jamais bu autrement qu’à la source) . C’est peut-être rien pour vous, rien dans une vie mais pour moi c’est un cap important.

1 an de tétées, d’amour, de regards plein d’étoiles mais aussi de fatigue, de bleus et de griffures (petit monsieur s’agrippe on ne sait jamais que le tétou s’en aille).


1 an d’allaitement, mais surtout 1 an sans doute, sans peur, sans problème. 1 an que je n’ai pas vu passé. 1 an fait que de choses positives même si rien n’est jamais parfait.

Alors oui, cela fait 1 an que je n’ai pas dormi 1 nuit correcte, mais, qui me dit que si il avait été au biberon ça aurait été mieux? Puis là, au moins j’ai les hormones qui m’aident à me rendormir, à mieux gérer ses multiples réveils. Puis depuis que Mini sait se déplacer, grâce au cododo perso je ne bouge quasiment plus. C’est lui qui vient directement se servir à la source et repart se coucher une fois qu’il a fini. Imaginez si j’avais dû me lever pour les biberons, ou pour le bercer. Je n’ose imaginer ma gueule aujourd’hui  (déjà que ce n’est pas folichon lol).

Oui, j’ai parfois des réflexions à la con du genre ” Tu comptes l’allaiter jusqu’à ses 18ans?” (bah quoi une petite tétée post BAC ça ne fait pas de mal),  “Tu l’allaites encore?” (Oui, je compte l’allaiter jusqu’à ce qu’il trouve une copine qui prenne le relais), “Ça te gène pas de t’exhiber comme ça?” (et toi, ça ne te gène pas de montrer ton string rouge? ), “Et ton mec, il fait pas la gueule” (Non, Non ça va. Par chance sa mère ne l’a pas allaité, il préfère le biberon), “Si tu donnais le biberon tu pourrais boire, fumer, être plus libre” (Heuuuu alors, déjà je ne bois pas, je ne fume plus depuis 6 ans et quand l’envie est là je suis bien contente d’avoir mon allaitement comme motivation pour ne pas reprendre, c’est moins toxique qu’un patch lol… Et plus libre de quoi??? De ne pas me pourrir la santé juste parce que je le peux?),  etc… Mais je pense que, quoi qu’on fasse dans la vie, on ne peut pas éviter les réflexions à la con. J’ai donc pris le parti d’en rire et d’assumer. De marcher la tête haute et droite quand je fais mes courses, que je me balade etc avec Mini au sein.

Cet allaitement a boosté ma confiance en moi et en mes choix, il m’a fait prendre confiance en mon rôle de mère. Et avoir passé le cap de ces 1 an, même si ce n’est pas grand chose me rend fière, et ça fait du bien car honnêtement c’est rare que j’ai des raisons de pouvoir être fière de moi.

Maintenant, j’espère que ce n’est qu’une première étape et pas la dernière. Je ne sais pas jusqu’à quand nous allons poursuivre notre aventure lactée, je ne me mets pas de pression. J’espère pouvoir fêter avec vous nos 2 ans mais on ne sait pas de quoi demain sera fait et pour vivre pleinement et sereinement nos moments, pour apprécier chaque tétée, je pense qu’il faut que je continue à les vivre au jour le jour, à nous faire confiance, à écouter notre rythme car il nous appartient, à nous et rien qu’à nous.

1 an de tétées partout, quand il veut, comme il veut. Que ce soit parce qu’il a faim ou soif, parce qu’il est fatigué ou qu’il a mal, parce qu’il en a besoin ou tout simplement parce qu’il en a envie. Il n’y a pas d’heures, pas de codes, pas de règles. Il n’y a pas d’endroit où je ne peux lui donner. Il n’y a rien qui nous empêche, car tout est là. Nous n’avons besoin que de 2 choses. Lui et moi. Et le reste on s’en fout. Les regards on s’en fout. Les réflexions on s’en contre fout.


1 an d’allaitement, ça parait rien, mais c’est tellement plus, c’est tellement tout. 1 an où j’ai grandi avec lui, autant que lui.

Cela fait 4 ans et 9 mois aujourd’hui que je suis maman (plus 9 mois un peu avant aussi), et pourtant, j’apprends encore. Je ne suis pas parfaite, et j’en suis même loin. Je fais des erreurs bien souvent, mais je sais que si il y a bien une chose qui n’en est pas une c’est notre allaitement, mes allaitements (quoi que certains puissent en penser).

Beau Nénéversaire à nous comme dirait l’autre !

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :