À la découverte des dessous de Ptitsy Moloko

Ptitsy Moloko, ce nom vous dit sûrement quelque chose si vous me suivez. En effet, je vous en ai un peu parlé il y a quelques temps après les avoir rencontré au Happy Milk de Narbonne.

J’avais vu leur création chez ma copinaute Littlebunbao et j’avoue avoir été intriguée, par leur porte bébé version Mei Tai et hyper enthousiaste par le fait que ce soit une petite entreprise locale située à 20 petits kilomètres de chez moi.

Cette proximité géographique m’a permis de pouvoir en savoir un peu plus sur ces Ptitsy et Cliptsy que j’avais pu voir rapidement au début du mois, mais surtout que j’avais pu essayé avec MiniPanda.

Vous connaissez mon amour pour le portage. Depuis la naissance de MllePanda, c’est devenu quasiment notre seule façon de transporter nos enfants que ce soit au quotidien, comme pour les courses ou pour nos balades.

Mlle a très peu utilisé la poussette et MiniPanda quand à lui a dû l’utiliser 3 fois en 11 mois. Autant dire que nous n’aurions finalement pas acheté de poussette cela aurait été la même.

Cependant, je ne porte qu’en écharpe /sling. J’ai essayé divers porte bébés physiologiques, mei tai etc mais à chaque fois le résultat était le même. Je ne me sentais pas confortable. Je ne sais pas si c’est à cause de ma corpulence ou de ma forte poitrine (ou les 2) mais pour moi c’est pas possible. L’impression d’être compressée, les bretelles me gênent, glissent. J’ai l’impression de porter bébé dans un sac à dos. Bref, j’ai du mal.

Lors des Happy Milk j’ai donc testé leur Ptitsy sans grande conviction au départ, je l’avoue, même si la marque en elle même et leur proximité m’intéressait (pour une fois qu’il y a quelques choses qui se fait par ici).

Et qu’elle fut ma surprise quand, une fois MiniPanda installé, je me suis sentie à la fois libre comme avec un écharpe (pas serrée du tout, hyper à l’aise) mais aussi légère, bien plus qu’avec ma tissée. Les presque 10kg de Mini avaient disparu de mes épaules.

Un vrai plaisir de porter avec. Je me suis baladée pendant 15 minutes et autant vous dire qu’il ne m’a pas fallu plus longtemps pour l’adorer.

Je pense que je vous en parlerai un peu plus en détails dans quelques temps  lorsque j’aurai pu l’utiliser réellement dans les conditions de mon quotidien. Mais on verra ça quand les finances permettront l’investissement dans un nouveau moyen de portage (car faut être honnête, le fait que PapaPanda soit en congé parental nous apporte un gros confort de vie mais pas vraiment un confort financier, mais ça c’est notre choix).

Aujourd’hui, j’ai surtout envie de vous en dire plus sur Ptitsy Moloko cette petite entreprise française qui est mon coup de cœur du moment.

J’ai eu la chance de pouvoir visiter leur atelier et d’en savoir un peu plus sur l’histoire de la marque, sur la conception des Ptitsy et des Cliptsy et sur celle de leur créatrice Cécile.

Maman de 3 garçons, Cécile a découvert le portage avec son fils aîné qui avait besoin, comme beaucoup de bébé, de contact et de proximité. Elle a donc commencé par un porte bébé non physiologique. Et oui, à l’époque il y avait beaucoup moins de communication autour du confort et de la physiologie et, l’important pour elle était de pouvoir porter bébé tout en gardant sa mobilité et sa liberté d’activité.

Il y a une dizaine d’année, le portage était beaucoup moins développé et surtout il existait moins de produits disponibles. Elle confectionna alors ses propres écharpes de portage dans différentes matières, mais ce système ne lui convient pas vraiment. C’est vrai que le nouage ne plaît pas forcément à tout le monde (tout comme moi j’ai du mal en général avec les porte bébés ou à l’inverse PapaPanda qui lui n’est pas à l’aise pour nouer l’écharpe, c’est vraiment selon les préférences de chacun et l’essentiel je pense c’est d’apprécier ces moments de portage et non pas de se forcer).

Avec son deuxième garçon, lors d’une rencontre portage/allaitement elle découvre grâce à une monitrice le mei tai. Mais même si le principe la séduit de suite, ce mei tai est comment dire… des plus rudimentaire. Un carré en wax et 4 bandelettes de tissus fines en guise de bretelles et de ceinture… Autant dire que niveau confort pour le porteur = zéro !

Mais l’idée la séduit et c’est de là que né son premier mei tai maison. Reprendre les mêmes bases mais en mettant l’accent sur le confort avec des bretelles et ceinture plus larges

A ce moment là aucune intention de le commercialiser, c’est vraiment pour leur famille. Pouvoir amener partout ses enfants dans leur balade sans restrictions de terrain (car oui, même une poussette tout terrain bah ça ne passe pas partout).

Cécile qui aimait coudre depuis son adolescence, tenait un blog et évoluait dans une communauté de “mamans couseuses”. Elle qui n’était pas couturière à la base, mais dont c’était la passion, voulait créer des vêtements pour garçons et présentait ses créations sur son blog.

Cependant, cela ne marchait pas trop car dans un univers où les mamans pratiquent déjà la couture, généralement elles confectionnent déjà les vêtements de leurs loulous.

Un jour, Cécile posta une photo de son Mei Tai sans s’imaginer l’engouement que celui ci générerait. Plusieurs mamans se sont rapprochées d’elle pour avoir elle aussi leur mei tai.

Un peu frileuse au début car elle n’avait pas pensé du tout à pouvoir le vendre, elle retravailla un peu son premier prototype afin de pouvoir répondre au mieux aux demandes des mamans. Et c’est comme ça que l’aventure Ptitsy Moloko commence.

Avec la naissance de leur troisième garçon quelques années plus tard, le besoin d’un mei tai encore plus confortable se fit sentir. En effet, il fallait pouvoir suivre les 2 aînés plein d’énergie dans toutes leurs aventures.

Inspirée par les mamans porteuses américaines et les photos trouvées sur internet, elle confectionna des bretelles extra rembourrées, une ceinture plus larges et plus longue également rembourrée, mais elle se mit aussi à la recherche de matériaux plus doux avec du tissus bio et issus de productions plus éco-responsables.

Après plusieurs prototype la base du Ptitsy est née.

Malheureusement, lancer son entreprise n’est pas toujours chose aisée et l’investissement financier compliqué. Avancer la trésorerie afin d’acheter le tissus avait un sacré coût, alors afin de faire perdurer son auto-entreprise elle se lança dans la conversion d’écharpes de portage en mei tai ( écharpes que lui donnait ses clientes pour les transformer en mei tai).

Grâce à ce travail de conversion, Cécile a pu faire ses créations avec de nombreux tissus différents et voir ce qui convenait le mieux à la conception du Ptitsy. En effet, selon le tissage, le grammage etc le tissus ne réagi pas de la même manière et le portage s’en ressent. Parfois trop rêche, trop rigide ou à l’inverse trop souple ce qui donne un effet de rebond qui fait perdre du confort au portage.

Et je pense sincèrement qu’elle a trouvé l’alliage parfait entre souplesse et maintien, avec un sergé brisé qu’elle fait tisser en Alsace avec un fil allemand à base de coton bio labellisé GOTS.

Le tissus est tissé de manière mécanique sans ajout de produits chimiques ou traitement quelqu’il soit (pour le rendre plus doux et lisse en éliminant les petites bouloches il est même traité au feu [procédé appelé le flambage] plutôt que par des produits).

Les Ptitsy sont principalement taillés et assemblés dans un petit petit atelier en Ardèche par Viviane une couturière indépendante et amie de Cécile.

Les Cliptsy sy quand à eux sont fait dans une petite ville de l’Hérault (tout près de chez moi).

Ils sont confectionnés par Cécile elle même et, depuis peu, par Mylène qui est venue les rejoindre en étant la première salarié de Ptitsy Moloko.

Toute la partie administrative quand à elle est gérée par Pierre qui soutient Cécile depuis les débuts (et qui a participé aux tests des différents prototypes en portant leurs trois enfants), et qui l’a rejoint pour s’occuper de la paperasse depuis que la petite auto-entreprise est devenue entreprise en novembre 2018.

Une petite structure pour des produits de qualité, adaptés à toutes les morphologies et qui répondent aux préférences de chacun (mei tai avec le Ptitsy, porte bébé avec le Cliptsy et même un modèle hybride entre le mei tai et l’écharpe avec le Ptitsy Mix et ses pans larges permettant un plus grand enveloppement).

Ptitsy Moloko n’a rien à envier aux grandes marques, sauf peut être leur notoriété. Et je leur souhaite une belle et grande prospérité car des produits d’une telle qualité, produits avec respect et humanité (et ça vous savez que pour moi ça compte énormément), méritent d’être connu. Mais pour ça, ils ont besoin de nous. Mamans, papas, grands parents, assistantes maternelles, oncles et tantes etc, bref nous porteurs, car je pense que rien n’est mieux que le bouche à oreilles de proches ou connaissances satisfaits d’un produit.

Et cette rencontre, encore plus que le produit lui même, à conforté mon coup de cœur. Vous entendrez sûrement encore parler de Ptitsy Moloko ici et je l’espère partout.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ces portes bébés ont juste l’air merveilleux ! Je suis une maman porteuse avec une certaine addiction quand il s’agissait de s’equiper. J’ai découvert ces petits bijoux tardivement.
    J’ai été opérée de la hanche et désormais, je ne peux que très peu porter (normalement je ne devrais pas mais il ne faut pas le dire :p).
    Ça restera un grand regret de ne pas avoir eu l’un d’eux pour promener et câliner mon cadet

    • Maman Panda dit :

      Je confirme, ce sont des petites merveilles.
      Mois qui suis adepte du portage depuis 5 ans et qui ne jure que par mes écharpes et sling N’arrivant pas avec les portes bébé et autres mei tai etc là je suis tombée amoureuse direct en l’enfilant
      Vivement que les finances permettent l’investissement

  2. hello, je ne connaissais pas mais ils ont l’air super beaux ! C’est top cette création française et de voir les dessous derrière cette entreprise !

  3. Yuuki dit :

    Hello, je ne connaissais pas du tout, n’ayant pas d’enfants, mais je pense que ça peut-être sympa dans un futur proche, lorsque j’aurais des petits en bas âge. Belle découverte et de savoir que c’est une entreprise française avec des valeurs écologiques, quoi de mieux ? J’espère vraiment qu’ils auront le succès qu’ils méritent. Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :