1 an de Blogging: cette passion qui m’a changé

Depuis des années, j’ai une passion pour l’écriture. Je ne me suis jamais imaginée devenir écrivaine et je n’ai toujours pas la prétention de pouvoir l’être car je ne suis pas capable, encore aujourd’hui, de rester focalisée sur un même sujet assez longtemps avec le même intérêt.

J’ai longtemps écrit pour sortir ce que j’avais sur le coeur, pour vider la pression avant que je n’explose. Je le faisais sur le papier pour ne pas déranger. J’écrivais mes nuits d’insomnie des textes sans queue ni tête, des pensées éphémères, mes idéaux utopistes et philosophiques.

J’écrivais pour moi, même si certains de mes “textes” s’affichaient déjà sur les prémisses des réseaux sociaux et des blogs (oui, oui je parle bien des trucs du genre Skyblog lol).

J’ai ressenti, en vieillissant avec le temps, ce besoin d’écrire et de partager grandir avec moi. Mais mon manque de confiance en moi m’empêchait de me lancer. Je parcourais et lisais pas mal de blog, j’enviais ses femmes qui osaient se livrer et qui m’aider à me sentir moins seule. Je voulais être comme elle. Mais en quoi ma parole serait légitime au milieu des leurs.

Il y a un an, la pression non-sociale de ma vie était telle, que mon manque de confiance s’est vu écrasé fasse à mon besoin de d’échanger et de partager. Mon besoin d’avoir une vie à moi et non plus de n’être qu’une mère et une femme de militaire seule 90% du temps. Je n’avais plus de vie sociale, plus de vie à moi. Je ne pensais plus que pour eux et malgré tout l’amour que je leur porte, j’avais besoin de plus.

Alors je me suis lancée, sans savoir vraiment où j’allais dans ce monde que je ne connaissais pas et pour lequel je n’avais aucun a priori.

J’ai eu la chance de très vite rencontrer de belles personnes qui m’ont bien entourée et prise sous leurs ailes. Qui m’ont mise en garde “Attention, la blogo c’est pas joli-joli”. Mais moi, je ne voyais, et n’ai vu, que pendant très longtemps ce monde de bisounours et de licornes dont j’avais besoin et, aujourd’hui encore, c’est tout ce que j’ai envie de voir.

Et pourtant ce n’est pas toujours le cas. En même temps, la blogosphère parentale est très féminine et, sur la toile comme ailleurs, généralement les femmes entre elles ne sont pas tendres (et c’est pour cela que dans ma “vrai vie”, je me suis toujours mieux entendu avec les mecs et que d’ailleurs je travaille dans un milieu masculin). Donc il ne fallait pas se leurrer, normal qu’il y est quelque crêpage de chignon.

Personnellement, ne cherchant pas à bloguer professionnellement parlant, je ne suis pas souvent dans ces gueguerres de course à la popularité ou aux partenariats. Je ne suis pas du genre à critiquer ou à être mauvaise en temps normal (oui, oui j’ai bien dit en temps normal), car, malgré tout, cet univers m’a changé en 1 an.

Alors non, je ne pense pas être devenu une mauvaise personne, mais ce monde à tout de même réveillé en moi des choses que je n’aime pas.

La colère… Oui, la colère vis à vis de cette fille qui a ouvert son blog des mois après moi et qui utilise le même nom que celui que j’ai choisi (après avoir cherché pendant un moment une idée originale, me correspondant et surtout qui n’existait pas déjà!!!!!! Merde c’est si difficile de regarder avant si un nom n’est pas déjà prit… Et puis quand tu t’en rends compte [peu de temps après, putain mais change de nom, rajoute pas juste un ptit mot de rien du tout que tu vires au quotidien dans tes publis !!!!!! ]). Oui, voilà je suis méchante, mais pour moi c’est une histoire de respect envers le travail des autres, car même si je ne fais pas ça professionnellement et que je n’y gagne rien financièrement, c’est du travail. Ce sont des heures de travail par articles, des heures d’implications sur les réseaux sociaux, des milliers de messages de réponses, des échanges, du partage, une écoute envers mon lectorat. Alors oui, je n’ai aucune obligation et si je le fais c’est par envie, mais quand même merde… On me dit de ne pas faire attention à elle. Ok, facile à dire, mais non, je suis hypersensible, j’en pleure quand on vient me dire qu’on pensait que c’était moi (surtout quand on n’a pas le même mode de vie et les mêmes convictions). Ça fait mal quand tu vois “Ton nom” assimilé à des choses qui ne te concerne pas. Bref, comme tu le vois la blogo c’est aussi ça…

La jalousie vis à vis de certaines autres blogueuses. Alors, là c’est bien un truc qui m’horripile en temps normal. Le truc qu’au début je rejetais en bloc quand j’entendais parler certaines copinautes. Et pourtant, oui je deviens jalouse, enfin je ne sais pas si c’est le bon mot. Je ne suis pas jalouse de leur popularité, de leurs partenariats ou de tout ce qu’elles peuvent avoir et que je n’ai pas (même si parfois cela fait envie/rêver faut le reconnaître). Mais parfois, quand tu vois le travail que je fournis, les efforts que je fais pour essayer de faire les choses proprement, de faire des articles complets, sincères et qui viennent de moi. Alors quand je vois le temps que je passe à fignoler les détails pour avoir  25 vues et 20 commentaires (sur les RS) et qu’à côté de ça certaines ne font que du copier-coller, des photos floues et pas cadrées et multiplient les vues et les échanges. Bah perso, je ne comprends pas et ça m’énerve. Pas que je me pense forcément meilleure qu’elles, mais quand je me casse le cul la tête pour essayer de donner le meilleur et que personne ne le voit et qu’à côté j’ai l’impression que c’est du bâclage, du foutage de gueule pour le lecteur et que tout le monde adore, je ne trouve pas ça juste.  Alors oui, je me mets à ressentir des sentiments beurk beurk beurk et je n’aime pas ce côté de moi. Mais il est bien là.

Mais ces 1 an de blogging m’ont apporté beaucoup d’autres choses bien plus belles.

La confiance en moi dans mon rôle de maman et de femme. En effet, dans mon entourage familial, je me sentais un peu comme une extra-terrestre avec une vision de l’éducation qui ne correspondait pas aux standards de ces personnes bien-pensantes. J’ai allaité durant 10 mois (déjà à la naissance, ils s’inquiétaient que je ne la nourrisse pas assez au vu de son petit gabarit. À 3 mois ils s’étonnaient que je l’allaite encore, alors à 6, 9 et 10 mois lol quelle idée me passait par la tête de continuer). J’ai pratiqué le portage et le maternage. Cette éducation de proximité et d’écoute de ma fille allait en faire une capricieuse, une assistée, une enfant …. Bah une enfant heureuse et autonome, épanouie, hyper éveillée et curieuse, très sociable et câline. Bref, même si je fais des erreurs et que je crie toujours trop et que parfois je ne réagis pas comme je le souhaiterais, je pense que je ne m’en sors pas si mal et que même si ce ne sont pas les meilleures méthodes ce sont les miennes, les notres et elles nous conviennent.

J’ai appris à prendre sur moi. Oui, oui lol. J’ai appris à fermer ma grande gueule me taire et à ne pas réagir impulsivement. J’ai compris que, parfois, il vaut mieux ne rien dire et laisser couler des petites bêtises plutôt que de jeter de l’huile sur le feu pour rien . J’ai réalisé que parler dans le vent ne menait à rien et que parfois il fallait savoir avancer seule pour en apprendre plus sur soi et savoir ce qui est bien pour nous (ou pas).

J’ai découvert un monde de partage et d’échange, un esprit de communauté que je n’aurai jamais pu imaginer. J’ai découvert un amour auquel je n’aurais pas pu croire si je ne le vivais pas au quotidien grâce à mes abonné(e)s. L’écoute, le soutien, les partages et les échanges m’apportent tellement chaque jour. Que ce soit dans mes moments de doute et de peur, de colère ou de joie et même dans mes moments de folie, je peux enfin être moi, entière avec mes bons et mes mauvais côtés, je peux parler sans avoir peur et me sentir libre. J’ai retrouvé un peu de ma vie au travers de ce blog sans lequel mon quotidien ne serait que MllePanda, PapaPanda, maison, boulot… Car oui, en dehors de ce blog et pour de nombreuses raisons je n’ai plus de vie.

Ce Blog me permet de reprendre en main ma vie, et d’y faire entrer un peu de ce monde virtuel qui me fait tant de bien. Certains jours il me prend la tête, d’autres fois je n’ai rien à y dire, mais pourtant j’ai besoin de lui.

Je blogue comme d’autres vont à la salle de sport, font de la couture ou chant. Je blogue par passion, besoin et plaisir.

Je suis parfois paradoxale dans mes envies et mes choix car je ne calcule pas, je fais comme je suis à l’instant T. Je suis entière, honnête et sincère comme je le suis au quotidien. Je ne sais pas encore exactement où je vais, ni où je veux aller. 1 an après, 112 articles publiés plus tard, je suis encore perdue mais pour une fois l’inconnu ne me fait pas peur.

 

9 réflexions sur “1 an de Blogging: cette passion qui m’a changé

  1. Picou dit :

    Moi j’aime beaucoup te lire, je t’avoue que je ne connais pas l’autre (quoi que je l’ai peut être vue passer sur IG? mais pas sûre), et je crois que les sentiments que tu décris, qu’on les admette ou non, sont le cas de toutes les blogueuses. Oui des fois sans être purement jalouse c’est rageant de voir des blogs écrire 4 lignes creuses et pleines de fautes, et avoir du succès. Ou des filles déballer à longueur de journée “oh j’ai reçu un petit colis faut que je vous montre” ; mais je crois que ce n’est pas notre conception du blogging, grand bien leur en fasse mais c’est tellement moins valorisant que de savoir qu’on a mis de soi dans ses articles, du travail et des idées, et qu’on a une petite communauté fidèle qui vient partager avec nous! Moi ça ne fait pas encore un an mais tous les jours je m’émerveille de ces relations virtuelles que je n’aurais jamais anticipé. Et des relations réelles qui parfois se créent derrière. Et je crois que c’est tellement enrichissant, de bloguer, que je ne suis pas prete de m’arrêter! En tout cas longue route à toi! Je ne lis pas tout tout tout mais je te lis souvent et avec plaisir, continues ;o)

    • Maman Panda dit :

      Merci beaucoup ça me touche.

      Et je suis tout à fait d’accord avec toi, ce coté me fait parfois rager ou “rêver” mais ce n’est pas moi, ni ma façon de faire et je ne changerai pas car ce qui prime pour moi c’est la sincérité et mon authenticité .

      Je suis comme toi, chaque jour je suis encore surprise par ma communauté et par tout ce qu’elle m’apporte humainement.

      Merci à toi, et vivement de fêter tes un an à toi aussi car même si je ne le dis pas souvent (car oui mon gros défaut c’est que j’ai encore du mal à oser commenter mdrrr j’adore te lire)
      <3

  2. Axl dit :

    Très joli article et une vraie lucidité. On evolue grace au blogging et tu l’as fait positivement alors continue et reste toi-même c’est ce qui compte le plus 😊

  3. GToch dit :

    J’apprécie de lire tes articles, tes bonheurs, tes peurs, tes paradoxes… 😀
    Ne te laisse pas manger par toutes ses choses qui t’agacent et surtout continue de te faire plaisir et de faire plaisir à ton lectorat. Non ! En fait c’est bien plus primaire que ça, continue de me faire plaisir :p
    Joyeux anniversaire à ton bébé-blog qui souffle sa première bougie !

  4. Mellylovy dit :

    J’aime aussi te lire et j’espère te lire encore longtemps. Je comprend ta frustration, je la ressens aussi parfois et je me remet en question en ayant l’imp que ce que j’écris n’est pas assez bien ou pas assez travaillé et puis je me rappelle que j’ecris Avant tout pour moi même, pour garder une petite trace quelque part de ma vie et si quelques personnes me lisent et échange avec moi je n’en suis que plus heureuse 😊. Bisous maman panda la seule, l’unique ☺️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *