Maman, quand je serai grande, je serai…

Maman, quand je serai grand-e, je serai…

Cette phrase en tant que parents, nous l’avons déjà tous entendu. Si ce n’est pas encore le cas, ce ne saurait tarder. Et même, si bébé est encore tout petit (peut-être encore bien au chaud dans le ventre de maman), c’est une idée qui nous traverse facilement l’esprit. Que ce soit par leurs envies, ou par nos interprétations de leurs actes (ne dit-on pas souvent d’un bébé qui bouge beaucoup dans le ventre de sa mère en rigolant qu’il sera boxeur, footballeur etc.). Quelles que soit nos impressions, nous espérons toujours le meilleur pour leur avenir.

Mais le meilleur pour nous est-il le meilleur pour eux?

Vous me direz, MllePanda n’a même pas encore 3 ans… Pourquoi tu te prends déjà la tête, garde ça pour l’adolescence.

Mais NON! Je pense que son avenir se façonne déjà et que l’éducation que nous lui apportons dès maintenant forgera qui elle deviendra.

Alors oui, je me pose des questions quant à mes réponses et mes réactions face à ses envies futures mais aussi les actuelles.

Tous les enfants ont envie un jour de devenir quelques choses de difficile à réaliser. Je ne dis pas impossible car si ma fille veut devenir princesse, elle le peut. Bon ok, il faut beaucoup de chance pour qu’elle tombe amoureuse d’un véritable prince, mais il y en a. Si elle veut devenir Cowboy de l’espace, rien ne l’empêche de faire en sorte de devenir astronaute et d’aller faire des rodéos sur des satellites dans le ciel. Si elle veut être éleveuse de Licorne, bon là ok, les possibilités ont des limites… Mais je suis sûre que l’on peut arriver à bidouiller un truc d’ici là (entre la génétique et la pollution en tout genre lol).

Maintenant, le plus difficile n’est pas toujours d’y arriver, c’est je pense d’être écouté et entouré pour pouvoir y arriver.

Si dès l’enfance, on dit ou fait sentir à l’enfant qu’il ne pourra pas y arriver ou que cela n’est pas “Bien”, je pense effectivement que l’on fausse ses possibilités. L’enfant à besoin d’être encouragé et poussé vers le haut dans tous ce qu’il fait et c’est à nous, adulte, de veiller à faire en sorte qu’il ne tombe pas ou d’amortir au mieux sa chute le cas échéant.

Alors oui, bien souvent, si on cherche à les brider, c’est pour leur bien. On a peur pour eux, on a un recul sur les choses qu’ils n’ont pas, on “sait mieux qu’eux”. Mais finalement, que savons-nous vraiment? On n’a pas toujours la certitude pour nous, alors pourquoi saurions nous mieux pour les autres.

L’éducation bienveillante explique que notre discours envers les enfants, dès leur plus tendre enfance, apporte les fondations des adultes qu’ils deviendront. Si un enfant essaie de monter les escaliers alors qu’il n’est pas encore très à l’aise avec son équilibre et que ses parents s’inquiètent, paniquent, qu’ils emploient des termes comme “tu es trop petit”, “tu vas te faire mal”, “tu vas tomber” etc l’enfant qui n’avait pas conscience de tout cela va perdre de son assurance naturelle. En effet, si Papa et Maman disent que je ne peux pas le faire, peut-être que je ne vais y arriver. L’enfant, qui aurait peut-être réussi sans aucun risque à atteindre son but, se retrouve mis en porte à faux car on lui met en tête la notion d’échec à laquelle il ne pensait pas forcément. Alors oui, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Moi, la première, mon instinct primaire me dit “Rhhhhhaaaa descends de là tout de suite, tu vas te faire mal !!!!!” et parfois souvent je le dis avant même de le penser et donc de m’en rendre compte. Je pense que la notion de danger parle, enfin plutôt crie en nous plus fort que la bienveillance dans ses moments là. Mais, je me reprends aussitôt et j’essaie de verbaliser ma pensée autrement afin de l’encourager tout en l’accompagnant afin d’assurer physiquement sa sécurité.

Bon enfin, ça c’est dans le meilleur des cas. Car il faut être honnête, le cheminement vers l’éducation bienveillante se fait pour moi doucement, car même si je n’étais pas malveillante non plus, certaines choses sont bien encrées en nous et c’est un véritable travail pour arriver à accepter les bases que l’on a eu et de les intégrer assez profondément pour arriver à passer au dessus vers une pratique plus en adéquation avec nos convictions.

Enfin bref, je m’égare un peu de mon sujet initial. Maman, quand je serai grande… Je serai…

MllePanda a Presque3ans (J’ai l’impression pourtant d’avoir accouché hier ici)… Elle a encore tout le temps de devenir une grande (même si ça passe à une vitesse folle). Je souhaite préserver autant que possible son enfance et son innocence. J’en ai été privée et je connais (et j’en subis encore aujourd’hui à 31ans) les séquelles d’une enfance volée.

Malgré son jeune âge, nous pensons déjà à son avenir (comme tout parents surtout vu la conjoncture actuelle). Comme vous le savez peut être si vous me suivez un peu sur les Réseaux Sociaux (Mon Facebook ici,  Mon Instagram ici), MllePanda ADORE chanter… Je ne pense même pas exagérer si je vous dis qu’elle a commencé à chanter avant même de parler. Elle chante, elle danse, elle aime être en représentation, elle s’amuse à changer d’expression de manière très théâtrale… Bref, une petite star en herbe.

Avec PapaPanda, quand on la voit faire, on se dit souvent qu’en grandissant, si elle continu dans cette lancée, nous serons bon pour les cours de danse, de chant et de théâtre. Même si pour le moment nous disons cela d’un ton amusé, cela est une éventualité.

L’un comme l’autre nous étions d’accord, dès la grossesse, sur le fait que MllePanda serait libre de choisir ce qu’elle veut faire (tant que cela ne met la met pas en danger) et que donc si elle veut faire du rugby, du foot, de la danse, des sports de combats, de la mécanique ou de la coiffure, nous l’encouragerons et nous l’accompagnerons.

C’est SA vie, et c’est à elle de choisir ce qu’elle voudra en faire. Alors oui, bien sûr notre rôle est de lui inculquer des valeurs qui lui permettrons de se construire, mais pas de la formater à ce que nous voulons. Notre idée du bonheur n’est pas forcément la même pour tous et ce qui est un bel avenir pour nous, ne l’est pas forcément pour quelqu’un d’autre.

Bien évidemment, j’ose espérer que notre éducation et notre ouverture d’esprit lui donnera une vision du bonheur qui coïncide un peu avec la nôtre (car oui bon il faut avouer que, même si on l’aime et qu’on ne veut que son bonheur, j’avoue que les perspectives de prostitution, drogues etc même si elle est heureuse, ne sont pas ce que j’espère pour elle, et j’aurai énormément de mal à m’y faire… ). Mais qu’elle veuille élever des chèvres dans le Larzac, être PDG d’une multinationale, mécanicienne ou coiffeuse, qu’elle aime les hommes ou bien les femmes (de toute façon pour moi on tombe amoureux d’une personne pas d’un sexe), qu’elle veuille une famille nombreuse ou pas d’enfant… C’est à elle de décider. C’est elle qui devra se lever le matin avec envie, pas nous…

Nous, nous serons là pour l’aider, l’accompagner, l’encourager et la relever car malheureusement, des chutes jalonneront sûrement  son parcours.

Nous lui donnerons, autant que possible, les clés pour qu’elle arrive à ce qu’elle veut. Mais, car oui il y a un mais… Je ne suis pas parfaite alors il y a plein de mais.

Avant d’être cette grande personne heureuse, il faut qu’elle grandisse. Et je veux que cette évolution se fasse du mieux possible, et pour cela, je pense qu’il faut lui préparer un trousseau avec toutes les clés dont elle aura besoin plus tard. Lui expliquer leurs fonctions et comment les utiliser, mais attendre avant de les lui donner.

MllePanda veut être une chanteuse (oui bon, on reste dans cette optique là aujourd’hui car c’est dans ses activités principales actuellement), ok… On va lui donner la possibilité d’apprendre et de travailler tout ce qu’elle veut pour y arriver… On va faire en sorte qu’elle y arrive. Mais grande… Je ne pense pas que l’ouvrir à un tel monde trop jeune lui permette de se construire assez émotionnellement, afin de pouvoir par la suite être totalement épanouie une fois adulte.

Je ne dis pas que tout enfant entré très tôt dans son futur d’adulte n’est pas forcément une personne épanouie. Mais je pense que bien souvent, l’enfant n’est pas assez mature émotionnellement pour tout vivre et tout accepter. Je pense que le rôle des parents et de savoir faire la part des choses et de pouvoir être le tampon qui absorbe les chocs que l’enfant n’est pas prêt à vivre. Et personnellement, je ne suis pas sûre de savoir le faire correctement pour arriver à  la protéger. Je pense donc que ma meilleure option est de l’aider à se construire complètement avant de la laisser choisir sa vie en connaissance de cause.

Alors oui, cela peut paraître hypocrite de dire qu’il ne faut pas brider un enfant dans ses rêves mais de ne pas le laisser faire tout ce qu’il veut pour autant, en décidant pour lui tant qu’il est “trop jeune”. Mais je pense qu’en expliquant et en communiquant dès son plus jeune âge avec l’enfant, en lui exprimant notre ressenti et le pourquoi de notre choix, l’enfant est à même a son tour capable de comprendre. Il est libre d’exprimer son avis et ses envies. Et je pense qu’en s’écoutant mutuellement, en communiquant et en respectant l’enfant au même titre qu’on le ferai pour un adulte, cela ne peut être que bénéfique à l’évolution de ce dernier.

Enfin, voilà une fois de plus une de mes belles pensées pour ma fille. Une vision que j’espère arriver à appliquer. Car être parent c’est surtout savoir que, bien souvent, on fait plus comme on peut que comme on l’aurait voulu (dans nos beaux idéaux).

 

 

 

 

 

 

 

 

4 réflexions sur “Maman, quand je serai grande, je serai…

  1. Marie Arsouille dit :

    Belle philosophie d’éducation…

    Nous aussi, on part du principe que c’est leur vie et que nous ne pouvons pas leur imposer un choix strict de vie d’adulte. L’homme se bat beaucoup contre son éducation pour leur laisser un maximum de liberté dans leurs choix futurs, ses parents lui ont imposé ses études….

    Mon Maxi, 4 ans fin octobre, j’ai pourtant accoucher hier… il y a eu une faille temporelle à mon avis… Donc mon Maxi veut être astronaute, il s’est découvert la passion de l’espace grâce à l’école mais il veut aussi élever des dinosaures. Il sait déjà que pour être astronaute, il faut beaucoup travailler mais que c’est à sa portée. Pour l’élevage de dinosaures, par contre, une petite ré-orientation de vocation est nécessaire. Pour l’instant, ce sont ses “plus tard je serais”. Sans pour autant le lancer dans l’espace, je l’aide à approfondir sa curiosité.

    Melle Panda veut chanter, sans la mettre sur le devant de la scène, elle peut approfondir son envie avec des cours, des spectacles de fin d’année… Tu as, à mon avis, une bonne vision pour la préparer au mieux à l’avenir. Et oui, parfois, on doit les brider quand même parce qu’on doit les protéger aussi.

    Des bisous !

    • Maman Panda dit :

      Merci…

      En effet, pour les Dinosaures c’est comme pour les licornes c’est un peu compliqué. Mais avec une légère flexibilité, les chevaux ou les rhinocéros peuvent faire l’affaire sur un mal entendu mdrrr.

      Mais l’espace, avant d’arriver à être astronaute il peut découvrir beaucoup de choses qui seront super pour lui… C’est un joli projet… <3

      Effectivement, nous l'encourageons dans ses envies et nous mettrons à disposition des cours, nous l'aiderons à monter ses petits spectacles. Même si parfois elle nous soule à chanter du soir au matin, tellement que parfois on arrive même pas à se parler avec PapaPanda LOL.
      Mais si c'est ce qu'elle aime qui sommes nous pour lui dire stop... A part pour sa sécurité...

      Des bisous <3

  2. Maman Sur Le Fil dit :

    J’aime beaucoup ta façon de voir les choses… Changer notre façon d’éduquer est de toute façon une réflexion et un combat de tous les jours… Cette vision a même tendance à évoluer avec le temps…

    Je lui souhaite de trouver sa voie et d’y arriver à ta princesse ! Bon, en vrai, elle a bien le temps, hein ?!

    Virginie

    • Maman Panda dit :

      OH Ouiii Elle à encore beaucoup de temps… Et si elle est comme ça mère à 30 ans, elle ne sera toujours pas ce qu’elle veut faire car tout intéressera mdrrr.

      Maintenant pour ce qui est de l’éducation c’est un travail de chaque jour. Envers l’enfant mais surtout sur soi. En espérant un jour que mes envies de bienveillance prennent le dessus sur le naturel qui n’est pas toujours top…

      Maman Panda <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *