Apprendre à se séparer

Je pensais que voir MllePanda entrer en petite section de maternelle serait dur. Depuis des mois, je m’imaginais déjà pleurer à chaudes larmes au moment de laisser mon tout petit bébé dans sa classe. Et pourtant cela ne fut pas le plus difficile à gérer.

Peut-être est-ce juste parce que ce ne fût que 2 jours d’adaptation et qu’elle ne rentre que le matin. Le fait que PapaPanda soit là pour l’amener à l’école le matin, la récupérer à 11h45 et qu’il la garde l’après midi m’apaise sûrement.

La voir grandir me rempli de fierté même si cela me rend énormément nostalgique car mon bébé est de plus en plus autonome et a de moins en moins besoin de moi.

Enfin, c’est ce que je pensais… Mais je me rends compte que le plus dur n’est pas la rentrée à l’école, mais ma reprise du travail.

Alors oui, j’avais déjà repris le travail à ses 10 mois. Mais ce n’était que 20h, sur 4 jours et de 9h à 14h30. J’avais donc tous mes après midi avec elle, mes mercredis et mes week-ends sans oublier toutes les vacances scolaires. J’étais seule avec elle le reste du temps et quand je travaillais elle était avec SuperNounou (et nous ne pouvions rêver mieux qu’elle).

Ces 31 mois à deux ou presque, vu que PapaPanda était très peu là malheureusement, ont d’autant plus soudé ce lien mère fille déjà très présent. Notre relation est fusionnelle.

Déjà dans mon ventre, une grosse partie de mon attention était tournée vers elle. Je lui parlais, je la câlinais, je lui faisais écouter de la musique et surtout je la rassurais. À la naissance, l’allaitement nous a permis de faire perdurer ce lien. Nous a donné la possibilité d’avoir des moments privilégiés à deux. Toute mon éducation pour elle a tourné autour de ce lien.

Le portage, le maternage, le cododo, la communication (excessive lol), je crois que je n’ai jamais vraiment voulu couper le cordon.

Aujourd’hui, elle 33 mois et nous n’avons jamais passé 24h totalement séparées. Jusqu’à la semaine dernière le plus longtemps que nous ayons été séparées ce fut 10 heures d’affilées pour l’enterrement de vie de jeune fille de sa Marraine. Mais nous étions ensemble à 100% la veille et le lendemain. Mais ce n’était qu’une fois de temps en temps et je lui expliquait que nous allions nous séparer qu’une paire d’heures.

J’ai eu passé une après-midi seule (sans elle) par-ci par-là et seulement parce que je la laissais avec papa. Mais cela n’excédait pas 6h et j’étais là pour le repas et le coucher.

Beaucoup vont penser que je suis folle. Que je la couve beaucoup trop, et que je vais en faire une fille à maman incapable de faire quoi que ce soit seule. Et pourtant non, elle est indépendante et se débrouille seule. Mais aujourd’hui, effectivement, je sens que c’est dur pour elle.

J’ai repris le travail. Cela n’était pas prévu comme ça. Je devais avoir un nouveau poste mais à temps partiel (75%). C’était dans la logique des choses. MllePanda rentrait à l’école et serai donc occupée de son côté. Je pouvais donc petit à petit  reprendre ma vie d’avant. Progressivement. D’autant que PapaPanda est là maintenant, donc plus besoin de compenser son absence.

Mais 3 jours avant de reprendre tout a basculé.

On m’a proposé un poste que je ne pouvais refuser. Le boulot que je voulais, dans l’établissement que je voulais. Sauf que adieu la reprise en douceur. Fini le 75% et bonjour le 100% étendu (41h15/semaine).

J’ai une amplitude horaire de 7h45-18h sans pouvoir rentrer à midi (ou alors je ne mange pas car seulement 30 min de pause). Heureusement j’ai mes mercredi après-midi et mes vendredi après midi. Mais partir au réveil de MllePanda et rentrer pour n’avoir le temps que de faire la cuisine, manger, la doucher et la coucher c’est dur. Passer de  7h par jours avec elle minimum à 2h où en plus on ne fait que courir, je le vis mal.

Sincèrement, ce boulot me fait un bien fou. Je me sens enfin à ma place. Je fais quelque chose que j’aime et où je peux être vraiment moi même avec ma folie, mon côté excentrique et garçon manqué (sans perdre pour autant ma féminité), je peux assumer mes loisirs et mes accessoires de geekette. Et pendant ces 10h, je ne pense à rien d’autre (enfin si un peu a MllePanda et PapaPanda bien sûr mais juste un petit peu).

Mais quand je rente, que MllePanda me saute au cou et qu’elle me dit “maman je t’aime” avec ses yeux qui disent “ne m’abandonne plus”, je culpabilise.

Je veux essayer de rentabiliser au maximum le peu de temps que nous avons et finalement  je le gâche plus qu’autre chose à vouloir la speeder pour manger ou pour prendre sa douche. Résultat l’ambiance se détériore. Je m’énerve et je culpabilise de ne pas profiter de ces moments même si ce ne sont pas ceux que j’aimerais.

Je la vois, le regard triste et j’ai l’impression qu’elle croit que c’est parce qu’elle me fait crier (un jour j’arriverai peut être à me contrôler, j’y travaille, je déteste le faire et je le fais de moins en moins… Mais je le fais toujours trop), que je m’en vais aussi longtemps.

Alors oui, je sais qu’elle sait que je vais travailler. Je sais qu’elle a eu l’habitude que le travail prenne beaucoup de temps pour papa mais que maintenant elle voit qu’il est là. Je sais qu’elle sait que je l’aime et qu’elle s’y habituera et que tous les enfants font avec alors pourquoi pas elle. Que certains enfants vivent ça dès bébé et que c’est papa ET maman qui travaillent et qu’ils se portent bien, qu’ils sont heureux etc…

Je sais que je ne fais rien de mal. Je sais que c’est même bien pour nous que je puisse enfin vivre autre chose que simplement mon rôle de maman. Que si je suis plus épanouie personnellement, je serai aussi une meilleure maman pour elle (que je crierai donc peut-être moins) et une meilleure chérie pour PapaPanda.

Je sais que c’est normal et que peu de femmes mettent leur vie professionnelle entre parenthèse quand elles deviennent mamans. Et elles ne sont pas de moins bonnes mamans ou elles n’ont pas une relation moins fusionnelle pour autant.

Mais, quand je vois MllePanda le soir dans son lit qui ne veut pas que je la laisse alors qu’elle n’a jamais eu de problème pour le coucher. Que comme hier, elle se met à pleurer 5 minutes après l’avoir mise au lit et que je la retrouve en train de pleurer, que quand je lui demande pourquoi elle me répond qu’elle est “criste” (triste), mon cœur de maman pleure aussi…

L’adaptation ne doit pas être faite qu’à l’école mais aussi à la maison. Cela risque d’être un peu plus long d’apprendre à nous séparer, mais nous allons y arriver. Et en attendant, je ne vais cesser de lui répéter et de lui montrer que même si maman travaille beaucoup, je serais toujours là pour elle. Et que, malgré mon absence, mon amour ne cesse de grandir de jour en jour.

Je n’aime pas la voir comme ça, et en même temps une part de moi est rassurée. Car je me dis que mon petit bébé est toujours là malgré ses airs de grande fille et qu’elle a toujours besoin de maman.

Je ne serai jamais prête à couper le cordon. Mais nous devons apprendre,  l’une comme l’autre, le fait que plus le temps va passer, plus nous allons devoir accepter de nous séparer. Mais jamais de nous quitter.

 

 

 

6 réflexions sur “Apprendre à se séparer

  1. Laetitia Mouleflex dit :

    Je garde mon fils depuis sa naissance et à la fin du mois il ira chez la nounou pendant que je cherche un nouveau job. J’appréhende autant que j’ai hâte de commencer un nouveau rythme. Ça ne doit pas être simple pour elle tout ce chamboulement mais elle s’y fera, je pense que ça sera pareil pour toi.
    J’espère que ça s’arrangera vite. 😘

  2. Maman sur le fil dit :

    Effectivement, le changement est énorme et le cap sûrement un peu dur à passer… mais avec du Dialogue et de la patience, vous devriez trouver votre rythme petit à petit…

    C’est toujours un peu dur de les laisser grandir ces petits bouts…

    Virginie

  3. émilie la toulerroise dit :

    Il y a eu le retour complet de papa, l’arrêt de SuperNounou, la rentrée à l’école, le rythme qui a changé et en prime maman qui rentre après elle à la maison. Je te rassure tu n’es pas la seule raison de son ‘criste’. Ça fait beaucoup de changements pour une petitoune de 3ans ! Mlle Panda a besoin de nouveaux repères, cela prend du temps. Fais toi confiance ! Tu es une super maman ! Je ne doute pas une seconde que vous trouverez votre rythme et que tout ira pour le mieux. Vos mercredi apres-midi et vos week-end seront vos nouveaux moments à vous et n’hésite pas à te l’accaparer pour un moment solo avec elle histoire de lui rappeler le bonheur d’un moment mère/fille ♥

  4. ludivine dit :

    un très bel article plein de grandes et douloureuses vérités, j’appréhende de plus en plus ma reprise, après é ans et demi d’arrêt…

    bisous

  5. Gaelle dit :

    je te comprends c’est très difficile de partir tôt le matin et de rentrer tard, de ne pas les voir longtemps…
    j’ai repris à 100% quand il avait 3 mois et ca a été très très difficile 😞 j’avais fait les comptes quelques mois apres et je m’étais rendu compte que je le voyais 3h par jour… j’étais dévastée.
    c’est un gros travail sur soit même, continue à lui parler elle comprend!
    courage courage pour les mois à venir, l’hiver c’est le plus difficile je trouve!

  6. Aurore dit :

    J’appréhende ma reprise dans moins d’un mois j’ai déjà envie de pleurer à l’idée de laisser mon tout petit bébé. Qui aura 5 mois et mon grand c’est habituer à avoir maman a la maison depuis février sa ne va pas être simple mais je n’est ps le choix !! Plein de courage à vous ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *