Ça tourne et me retourne… 


Cela fait quelque temps que j’ai envie d’écrire cet article, que j’ai besoin d’en parler mais que je me l’interdis.

Cela fait des mois que j’ai cette idée en tête presque h24 et qu’elle ne veut pas en sortir, mais que je n’ose en parler car je ne m’en donne pas le droit.

Des mois que, chaque fois, je pleure intérieurement mais que je ne laisse rien transparaître car cela ne fait pas assez longtemps pour que j’ai le droit d’en souffrir.

Et pourtant je souffre. Je souffre de cette envie capricieuse telle une gamine, mais que malheureusement je ne peux contrôler.

J’ai envie d’un deuxième enfant, nous en avons envie… Tous les deux… Et je dirais même tous les trois, quand je vois comment MllePanda s’occupe de ses bébés et est attentionnée avec les plus petits bouts chez SuperNounou.

Depuis bientôt, un an maintenant j’en ai envie, malgré la fatigue, le stress, l’angoisse de savoir si on pourra s’en sortir aussi bien niveau gestion que financièrement… Bientôt un an, que dès que je vois un ventre rond ou un nourrisson les larmes me montent.

Mais ce n’était pas le moment.

Après MllePanda nous avions décidé que bebe2 ne serai lancé que lorsque PapaPanda aurai fini la marine.

Nous avons tous souffert à notre façon de son absence… MllePanda, elle, ne l’a exprimé que récemment car avant elle ne réalisait peut être pas aussi bien le temps qui passait, ou n’avait tout simplement pas les moyens d’exprimer sa frustration…

PapaPanda lui en a souffert d’être loin de sa famille, de ne pas la voir grandir et évoluer au jour le jour. De rater certaines premières fois… Même si il ne le dit pas forcément, je sais que ça l’a blessé même si c’était son choix d’avoir bebe1 malgré la distance et son travail…

Et moi bien sûr j’en ai souffert aussi. J’ai souffert de devoir tout gérer seule, de n’avoir personne sur qui me reposer, de ne plus avoir de temps pour moi… Mais surtout j’ai culpabilisé de vivre tout cela sans lui, de profiter de choses qu’il ne pourrait pas vivre… Et ça m’a bouffé. Ça m’a empêché de profiter aussi bien de ma grossesse que des premiers mois de ma fille…

Et je pense que c’est peut être aussi pour ça que j’ai autant “besoin” de vivre cette grossesse…

Je dis bien besoin, car c’est plus qu’une envie maintenant… C’est difficile à exprimer.

Donc nous avons décidé d’attendre que PapaPanda termine la marine.

La date de fin de contrat arrêté, nous avons commencé à en discuter plus sérieusement. Le 18 juin c’est fini… Et même avant avec ses perms…

Mais moi j’avais rdv le 27 février avec la gygy pour le contrôle annuel du stérilet. Pfff pas envie d’y aller si c’est pour retourner l’enlever dans quelques mois… Donc on en discute.

La décision est prise. Je l’enlève et dans tous les cas, même si ça arrivait de suite, il aura fini pour le plus gros de la grossesse donc c’est bon.

Enfin! On va pouvoir se lancer. Enfin, cette envie de bébé va pouvoir être réalisée.

Sauf que je crois que mon cerveau a lâché un peu trop le contrôle. Cette envie qui galoppant en moi depuis tellement de temps, une fois que les barrières furent enlevées s’est emballée…

Et maintenant, je suis comme une gamine qui sait que plus rien ne l’en empêche et qui veut que ça arrive tout de suite.

Alors oui, une part de moi raisonnable dans ma petite tête me dit bien que ça marche pas comme ça, que ça arrivera quand ça arrivera et pas du premier coups. Que MllePanda qui s’est nichée immédiatement après mon arrêt de pilule est un miracle… Mais c’est plus fort que moi. Depuis que mon stérilet m’a été retiré, c’est là, présent en moi.

Tout d’un coup, je me mets à ressentir mon corps différemment. J’écoute chaque mini signe et cherche à les interpréter. Je ressens des sensations, des douleurs, des mouvements en moi que je n’avais jamais ressenti avant. Je sens mon corps.

Mais chacune de ses nouvelles sensations viennent alimenter cet envie d’y croire. Chaque changement de mon état me donne à réfléchir sur son origine. Et si…

Et bah non… Aujourd’hui, une fois de plus elles sont là. Malgré le test négatif d’hier j’avais espoir. Alors aujourd’hui je pleure…

Je sais pertinemment que cela ne fait pas longtemps. Que comparé à d’autre je n’ai pas le droit de me plaindre. J’ai déjà une MllePanda formidable qui nous comble de bonheur un peu plus chaque jour et puis ce n’est pas comme d’autres qui malheureusement essayent depuis des années en vain. Je sais que je ne suis pas à plaindre et que je n’ai pas le droit de me plaindre… Mais je souffre. Et plus je garde ça en moi… Seule… Et plus j’ai mal.

Alors ce matin je suis là, j’écris en cette journée qui s’annonçait déjà mal… Et qui se confirme (vu que l’on m’a pété la voiture pendant la nuit, comme si j’avais besoin de ça…).

Je suis la assise devant ta porte, à attendre que l’assurance daigne me répondre…

Pendant que PapaPanda et MllePanda dorment encore sereinement… Et je pleure intérieurement…

Je pleure car je me sens vide…

4 réflexions sur “Ça tourne et me retourne… 

  1. mamansurlefil dit :

    Plein de patience et de réconfort ! Cette attente longue ou courte, teintée d’inquiétude ou non, n’est jamais facile à vivre. Chipette a mis du temps à se décider à s’installer. On commençait à se poser des questions d’ailleurs. Pour BidouBoy, nous avons décidé d’essayer tôt en nous disant que cela allait prendre du temps et en 2 mois, il était installé… Malheureusement, aucune loi mathématique de régit ce hasard…

    Tu as le droit d’être déçue et triste à chaque fois, même si cela ne fait “pas longtemps”.

    Et m…e pour la voiture.

    Bon courage,

    Virginie

  2. M. dit :

    J’ai lu le commentaire du dessus
    en effet aucune loi mathématique
    je ne peux pas te dire n’y pense pas..c’est impossible
    çà viendra…je ne suis pas voyante
    mais je te souhaite que çà arrive très vite 😉

  3. wkp48x dit :

    Une envie de caliner et de consoler.
    Un peu de patience…il/elle arrive bientôt. Il faut juste lui laisser le temps de commencer à pousser ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *