Donner (ou pas) sa sucette au Père Noël ?

Un mois déjà depuis la rentrée de MllePanda, et moins de 2 mois avant la demande fatidique de l’école: L’abandon de la sucette.

En effet, lors de la réunion de pré-rentrée, la directrice nous a expliqué le fonctionnement de l’école et leur position vis à vis de certaines choses dont la sucette et les doudous pour les enfants. Voici leur fonctionnement (ici comme dans de nombreuses autres écoles): Pour les débuts, sucettes et doudous sont autorisées. Ils restent dans leur casier à l’entrée de la classe et peuvent être pris par l’enfant en dehors de la classe ou si gros chagrin/problème. Mais si pour Doudou cela est accepté toute l’année, pour la sucette ce n’est que jusqu’à Noël. En effet, il est “conseiller ++++” que l’enfant donne la sucette au Papa Noël. Enfin, il est dit qu’il en soit ainsi afin que l’enfant abandonne totalement la sucette. Sinon l’enfant peut la garder à la maison et en dehors mais elle ne sera plus acceptée dans l’école.

Alors en théorie pas de soucis, je comprends et j’accepte le “Pas de sucette” à l’école. Dans l’absolu quand MllePanda fait une activité, elle ne la fait pas avec Suçu-Doudou (Sussu-Doudou je ne sais pas comment l’écrire, c’est moche dans tous les cas grrrr). Mais après, j’ai du mal avec le fait de forcer un enfant à abandonner totalement un objet qui le rassure. Je pense que cela doit être son choix, venir de lui (même si c’est suite à une proposition, on peut demander à l’enfant si il veut arrêter), mais je ne suis pas sûre que décider “Tiens c’est maintenant qu’il DOIT arrêter” soit la solution.

Cela me perturbe peut être car j’ai fait partie de ses enfants à qui l’on a voulu imposer l’arrêt du pouce (Et pour ma part je l’ai très mal vécu, tellement mal même, qu’à 31 ans je le suce toujours). Plus on m’en parlait, plus on me le faisait remarquer, plus on essayait de me faire arrêter par divers moyens, plus je m’y raccrochais. Pourtant, tout le monde reconnaissait que c’était un réel besoin pour moi, un moyen de me rassurer et que je l’avais pris tard (pas tout bébé) à un moment où ma situation familiale était (déjà) compliquée.

Pour beaucoup, c’est quelque chose de naturel et mignon pour un bébé mais qui bizarrement en grandissant devient quelque chose de mal que l’on pointe du doigt.

L’autre jour, je disais dans mon article Maman 2.0: Connectée et alors? qu’il faudrait peut arrêter de mettre la faute sur les nouvelles technologies pour les problèmes psychologiques et émotionnels dont “souffrent” les enfants de nos jours. Bon déjà, je doute qu’il y en ai beaucoup plus qu’avant, je pense surtout qu’ils sont simplement mieux diagnostiqués et reconnus (avant on disait c’est un enfant difficile, sans chercher à en savoir la cause, maintenant on pose des noms dessus HP, TDA/H, TED etc). Mais surtout, je pense que c’est plus le fait de vouloir faire rentrer les enfants dans nos idéaux d’adultes qui les abîme émotionnellement parlant.

Chaque enfant évolue à son rythme, ça on nous le rappelle assez souvent lorsqu’il s’agit de nous rassurer en tant que jeunes parents si on a le malheur de s’interroger et donc de faire chier de déranger avec nos milliards de questions. Mais alors pourquoi vouloir brusquer les choses. Qui sommes nous pour savoir quand un enfant n’a plus besoin de têter (que ce soit du point de vue de l’allaitement autant que de la succion du pouce ou de la tétine). Il est reconnu “scientifiquement “que la succion pour l’enfant est importante et qu’elle est naturelle et que c’est même une de ses premières actions intra-utérine. Alors pourquoi vouloir tellement la contrôler.

Des fois, je me demande vraiment quel problème ça pouvait poser à ma famille que je suce mon pouce. Une déformation de ma dentition? Bah écoute raté, enfin sur le résultat en tout cas. Car ils m’ont tellement fait chier traumatisé  avec ça, que l’idée même d’arrêter me poussait encore plus dans mes retranchements, et donc cela n’a rien arrangé (au contraire même). La peur de la moquerie des autres? En même temps, si les adultes ne mettaient pas dans la tête des enfants des cases dans lesquelles ils doivent rentrer, je ne pense pas que cela gênerait qui que ce soit qu’un enfant de 3-4 ou 5 ans suce son pouce ou une sucette. Je pense que le mal est plus dans l’oeil de l’adulte, qui je pense, a plus peur qu’on le juge lui comme un mauvais parent qui n’a pas réussi à faire rentrer son enfant dans la norme (on met tellement de pression de nos jours sur les parents que je pense que cela apporte plus de négatif que le positif souhaité. Bref…).

Je pense que, si l’adulte arrêtait de penser au travers des autres, il serait peut-être un peu moins névrosé et il arrêterait de chercher des causes à tous ces maux. Alors oui, j’avoue que tout ça c’est du beau blabla et que dans la pratique ça pique un peu plus. Moi, même je me suis longtemps construite, non pas pour moi et par moi, mais à travers le regard des autres et pour convenir aux autres. J’ai longtemps cru que “si on dit qu’il faut faire comme ça” c’est que c’est le mieux. Mais aujourd’hui, je me rends compte que la théorie c’est bien beau mais cela ne s’applique pas aux cas particuliers. Et que… Bah chaque personne est différente, chaque être humain est un cas particulier avec sa nature et son histoire. Alors oui parfois, sur un coup de chance la théorie colle avec la pratique car c’est ce qui devait être. Parfois, ça passe, juste et avec un petit peu de travail sans trop de casse et de conséquences. Mais quand ça ne marche pas.

Personnellement, je donnerai l’option à ma Fille, mais ce sera à elle de choisir de donner ou non sa sucette au Papa Noël et je sais que le geste elle le fera car n’aura pas forcément conscience du haut de ses tout juste 3ans , de ce que cela impliquera derrière. Je la laisserai faire, et si effectivement c’est le moment pour elle, elle arrêtera. Si c’est le cas tant mieux, j’en serai ravie. Nous n’aurons plus à chercher les suçus du soir partout dans la maison ( elle en à 4 dans la chambre et pourtant régulièrement elles disparaissent toutes lol). L’arrêt signifiera qu’elle n’en a plus besoin, qu’elle est assez stable et mature émotionnellement parlant pour s’en passer et ne plus avoir besoin de ce moyen pour se rassurer, se réconforter.

Mais si ce n’est pas le cas, je ne lui imposerai pas l’abandon à la maison. Pour l’école c’est une chose, et je serai à même de lui faire comprendre que c’est un endroit no-suçu (comme pour un adulte fumeur pour qui il y a des endroits no-Smoking). Mais je ne l’accablerai pas si elle ne la jette pas. Je ne soulignerai pas le fait qu’elle est grande, que tel ou tel enfant ne prend plus la sucette etc.

Je ne pense pas que le fait que ma fille ait une sucette un peu plus longtemps change grand chose à sa vie. Par contre la brusquer pour l’arrêter, oui.

Après, effectivement, je ne suis pas une “professionnelle de l’enfance”, je ne suis ni médecin, ni psy, ni je ne sais quoi d’autre. Je ne parle que de MON avis et de ce que j’appliquerai pour MA fille (voir mes enfants peut-être par la suite). Je ne viendrai pas dire à X, à Y ou à toi qui me lis ce que tu dois faire avec tes enfants. Je suis ouverte et à l’écoute des points de vue de chacun, et c’est pour cela que j’écouterai ma fille.

Bref, j’arrête le compte à rebours jusqu’à cette date pas si fatidique que ça en fait. La vie nous impose assez de choses que l’on ne peut éviter, alors pourquoi vouloir s’en imposer plus.

 

5 réflexions sur “Donner (ou pas) sa sucette au Père Noël ?

  1. Maman Sur Le Fil dit :

    Ici, ma fille l’a lâchée d’elle-même en suivant les copines en début de MS. Je sens que cela va être beaucoup plus compliqué pour mon fils de 4 ans. En plus, ils y ont droit pour la sieste en PS et pour le tout petit temps de repos certains jours en MS… Donc ici, ils sont plutôt respectueux du rythme de l’enfant… Il nous a dit qu’il les donnerait cette année au Père Noël, alors on verra bien. TU as raison de ne pas forcée ta fille. Elle est encore petite.

    Belle soirée

    Virginie

    • Maman Panda dit :

      Ici pour la sieste ils peuvent la prendre (jusqu’à Noël) Pour Doudou pas de restriction par contre. MllePanda se passe facilement de suçu doudou la journée (à l’école ou à l’extérieur) mais pour les moments câlins et les dodos elle se passerait plus facilement de son doudou que des suçus. Donc elle le fera à son rythme, tout en respectant le no-sucette à l’école. Mais à l’extérieur c’est elle qui décidera quand elle sera prête.

      Bonne journée 🙂

  2. Gwen damien matthéothélyahélyo dit :

    Juste merci ❤
    C est tout a fait ce que je pense et penserais tjs
    J ai eu le gros soucie avec mon 1er
    Arret de la tétine brutal merci l école et du coup enfants angoissé stressé. …
    La ma chipie a que 3 ans en décembre et est a l école et justement il y a cette fameuse méthode 😡😡😡
    C est encore un bébé merde 😓
    Du coup je ferais pas la même bêtise que pour mon 1er 😉

  3. GToch dit :

    À l’école ils peuvent toujours l’avoir dans le sac ainsi que les doudous et ne la sorte que pour la sieste la première année. En même temps ils prennent le car et lorsqu’ils sont crevés c’est important de l’avoir à portée de main 😊
    À la maison Pilou1 a 7 ans et dort toujours avec ! C’est très important pour lui alors je le laisse tranquille. La journée on ne la voit pas. Et je passe mon temps à détendre les autres personnes qui visiblement se sente très concernées par SA tétine 😉

    • Maman Panda dit :

      Non mais c’est tout à fait ça. LES AUTRES ont l’air d’en savoir plus sur toi et ton fils et sur ses besoins. Personnellement je ne juge pas les enfants des autres ni comment les parents les éduquent sauf si cela interfère avec moi ou ma fille (si il y a manque de respect, violence ou autre). Après que l’enfant prenne le bibi, la sucette, qu’il est un doudou ou qu’il dorme avec une veilleuse qu’est ce que je peux m’en moquer. Tant que ma fille est heureuse et qu’elle est bien élevée, qu’elle évolue bien (à son rythme) je ne vois pas pourquoi je viendrai lui obliger quoi que ce soit parce que les gens ont décidé qu’il devait y avoir une date limite d’utilisation de telle ou telle chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *