Ma petite victoire sur sa crise

Les crises, ça s’en va et ça revient et bien sûr jamais au bon moment.
Les colères de MllePanda sont plus rares, même si sa période d’opposition elle est belle et bien toujours là et épuisante.
D’ailleurs, hier j’étais tellement crevée que je ne vous ai même pas raconté ma petite victoire personnelle, ni ici et même pas sur MA PAGE Facebook .
 
Hier, et surtout hier après midi ça a été compliqué pour moi mais surtout pour MllePanda qui a du se faire, faire une prise de sang.
 
Bien sur pleurs et cris ont été au rendez-vous et c’était justifié. Enfin, jusqu’à un certain niveau.

 
Car une fois tout fini Mlle continuait ses Hurlements en mode sirène, à ne pas vouloir qu’on l’approche, la touche ou lui parle.
 
Chez le pédiatre, qui avait voulu lui faire un prélèvement sur le doigt, j’ai réussi à l’apaiser le temps qu’il fasse les ordonnances pour les analyses et les médicaments.
 
Sauf que après la prise de sang… Ce ne fût pas la même.
 
Mlle a bien voulu sortir du laboratoire (pas folle la demoiselle lol on ne sait jamais qu’ils veuillent la piquer à nouveau), par contre crise de cris pour rentrer dans la voiture. Elle ne voulait pas enlever son manteau (pas de manteau dans le siège auto, ici c’est la règle!)… Bref.
 
J’ai senti la colère animée par la fatigue monter, j’avais envie de crier plus fort qu’elle, de lui enlever son manteau qu’elle soit d’accord ou non, de l’attacher sur son siège et de rentrer à la maison… Je n’en pouvais plus entre la fatigue accumulée depuis qu’elle est malade, le boulot, moi malade etc etc etc.
 
Puis, j’ai eu une seconde de lucidité. Est-ce que cela allait arranger les choses? Non… Au contraire… Nous allions surenchérir chacune de notre côté pour prouver qui a la plus grosse (gueule je précise lol). Nous, allions être encore plus à cran, cela n’arrangeait ni son état, ni le mien.
Pourtant l’envie première était bien là. Car oui, je ne suis pas sans coeur hein, j’avais de la peine et de la compassion pour elle car je sais que ce qu’elle a du vivre n’était pas agréable (même si personnellement en tant que donneuse de sang, plasma etc régulière, les piqûres ne me dérangent pas). Mais je sais que pour un enfant, ça peut faire peur et surtout je n’avais pas eu le temps de la préparer.

Sauf que ok, sur le moment je veux bien. Mais même si je sais que les émotions ne se contrôlent pas et qu’un enfant à beaucoup de mal à les gérer, les hurlements qui réapparaissent après quelques minutes de calme car elle ne veut pas monter dans la voiture alors que je lui explique bien que c’est fini et que là on rentre à la maison (donc plus de misère)… Non! Mon cerveau sature. Je suis humaine, et donc j’ai mes ratés et la patience dans ses moments là, quand je suis fatiguée en est une.

Donc là, sur le parking du laboratoire, devant un papi tout gentil dont on bloquait l’accès à la voiture et qui nous dit gentiment “Ne vous en faites pas pour moi, prenez votre temps, quand je l’ai entendu pleurer dans le labo, je n’ai eu qu’une envie prendre sa place pour lui éviter ça… Les vieux on est fait pour être malades les petits ne devraient pas avoir à endurer ça”, j’ai eu envie de hurler (contre elle hein pas contre le papi).

Alors je ne sais pas si ce sont les paroles de ce monsieur, ou mon envie de ne pas le gêner pendant encore 10 minutes en l’empêchant de rentrer dans sa voiture alors qu’il tombait des gouttes mais j’ai ouvert la porte, et j’ai attrapé Mlle et je l’ai assise sur son siège avec son manteau et j’ai fermé la porte.

Le Papi tout gêné me dit “J’ai tout mon temps ne vous inquiétez pas”. Je l’ai remercié pendant que Mlle criait toujours en lui expliquant que cela pouvait durer longtemps et que, à ce niveau elle ne m’écoutait même plus, qu’il fallait que j’attende une petite baisse de colère pour arriver à communiquer avec elle, et que, je ne pouvais pas la laisser sous la pluie sur un parking car c’était dangereux, au moins là dans la voiture elle est à l’abri.

MllePanda criait toujours, et j’étais partagée entre la peine pour elle et l’agacement.
Mes câlins, elle n’en voulait pas, mes paroles, elle ne les écoutait pas…
Je ne savais plus quoi faire à part subir malgré ma migraine, et attendre qu’elle se calme afin que je puisse lui retirer son manteau et l’attacher convenablement pour rentrer à la maison.

Je me suis assise sur mon siège, les yeux dans le vague à l’écouter hurler à la mort, plus part défi maintenant que par réelle colère (son regard et son attitude n’était plus la même).

Puis d’un coup, j’ai repensé à une vidéo que j’ai vu sur Facebook chez Parentalité pas à pas sur comment gérer les crises de colères avec des astuces basées sur les neurosciences.
En effet, la vidéo explique que le cerveau est composé de 3 parties. La partie Primaire, la partie émotionnelle et le néocortex.
La partie primaire s’occupe (en gros hein) des fonctions vitales, la partie émotionnelle, bon bah tout est dans le nom et le néocortex qui commande un peu tout ça sauf que chez l’enfant c’est encore assez immature. Bref je ne suis pas très douée et je n’ai pas envie de faire du copié collé donc je vous mets la vidéo qui sera plus explicite.

Donc voilà, mon Néocortex c’est réveillé (bah oui, ça marche aussi chez l’adulte hein) et a repris le dessus .

J’ai compris que MllePanda ne pourrait pas être en colère et rire et s’amuser en même temps.

J’ai donc pris une grande respiration, attraper mon téléphone, et l’ai branché au poste de la voiture.
J’ai monté le son à fond (enfin façon de parler, je préserve ses petites oreilles fragiles), et je me suis mise à danser comme une folle sur “À nos souvenirs” de Trois cafés gourmands, une des chansons du moment de Mlle. Je sentais la voiture bouger dans tout les sens au rythme de mes mouvements et je m’imaginais bien la tronche des gens autour (si il y en avait car honnêtement à ce moment là, je ne voyais plus que notre voiture au milieu du vide intersidéral), si ils me voyaient sauter dans tous les sens et faire des grimaces à MllePanda qui criait… Enfin, pendant 20 secondes.

20 Secondes auront suffi à désamorcer la crise et à la faire rire, même si j’ai poussé le truc jusqu’à la fin de la chanson pour être sûre qu’il n’y ai pas une rechute.

Une fois la chanson finie, j’ai baissé le son, je lui ai demandé si je pouvais enlever son manteau maintenant et si je pouvais l’attacher, ce que j’ai fait sans qu’elle ne rechigne et nous avons pu partir.

Quand je raconte cela, j’ai l’impression que cela a duré 2h (enfin au moins 20 minutes, alors que  la scène à peut-être durée 5-7 minutes (avec une partie déjà calme sur les 3/4 de la chanson).

Ce n’est pas grand chose, et peut-être stupide pour vous. Mais si je vous le raconte aujourd’hui c’est que pour moi c’est une petite victoire. Une victoire sur moi et ma fatigue. Une victoire sur la MamanColère qui prend trop souvent le dessus, surtout en ce moment.

Un petit moment de vie qui me permettra peut-être, d’arriver à relativiser les prochaines fois. Qui me permettra de me dire qu’il y a une autre option que de crier et qu’elle marche.
Alors je me connais, je ne suis pas la mère parfaite et je sais que je vais encore crier même si je ne le veux pas. Je ne dis pas que c’est la solution à tout et tout le temps. Mais Youpiiiiii quoi, ça a marché!!!

Et puis on ne sait jamais, si cela peut aider un jour, une maman comme moi dans une micro lueur de lucidité en moment de crise…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie dit :

    Super Maman B R A V O a vous.Bisous a vous et Melle Panda.Vous pouvez être fière de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :