J’ai eu peur et j’ai gueulé au lieu de la réconforter

Être mère est la plus belle chose du monde mais aussi la plus difficile à mes yeux. Enfanter dans l’absolu n’est pas difficile en soit , mais être une maman, LA maman que l’on voudrait être c’est ça qui est compliqué.

La société actuelle nous met une pression de fou (mais ça c’est pas nouveau) et ce dans tous les domaines. Depuis quelques années, le poids se pose particulièrement sur la parentalité. Les mentalités évoluent, les façons de faire aussi mais au lieu de nous tirer vers le haut cela bien souvent nous enfonce plus qu’autre chose. Au lieu de nous aider à nous améliorer, ce monde appuie là où ça fait mal, ou plutôt là où ON fait mal.

Et pourtant, nous n’avons pas besoin de ça, car franchement nous avons tendance à nous mettre assez la pression nous même pour être de bonnes mères. De meilleures mères. Cette pression que l’on s’auto-inflige dans l’espoir de nous améliorer, ne nous aide pas tant que ça en fait. Je pense même que moi, elle m’enfonce.

Et hier, j’ai craqué.

Hier soir était pourtant  un soir comme les autres, un soir qui aurait pu être mieux que les autres grâce à mon nouvel aménagement horaire. Et … Cette soirée m’a explosé à la figure comme cela arrive bien souvent à n’importe quelle mère, j’en ai conscience, mais hier je ne le voyais pas.

Hier soir, c’était la goutte de trop, un petit rien qui pourtant a pris une ampleur que je n’aurai pas imaginé 5 minutes avant.

Hier soir, je postais ça sur mon profil Facebook:

Lyla Théa, effondrée.

Il y a 13h00

Ce soir aurait pu être un soir cool.

Premier jour où j’ai fini à 17h00 au lieu de 18h00. 1h de plus c’est énorme pour ralentir le rythme infernal du soir.

Sauf que ce soir, ça ne c’est pas passé comme prévu du tout…

Ça avait bien commencé et puis…

Je suis allée faire à manger. Depuis quelques jours nous fermons la porte du salon pour que MlleBouleDePoils soit au calme (elle vient d’être stérilisée en vue de lui trouver une nouvelle famille).
Ce soir, comme tous les soirs je suis allée cuisiner et j’ai laissé MllePanda avec PapaPanda dans le salon.

Une fois le repas prêt j’arrive dans le salon ma poêle brûlante dans les mains ouvre la porte et sens une résistance.
MllePanda était derrière la porte. J’ai réagi vite et lui ai a peine pincé le doigt, mais elle a pleuré.

Et moi ???

Je n’ai rien trouvé de mieux que de lui gueuler dessus. Parce que ça fait 20 fois qu’on lui dit de pas jouer derrière la porte qu’elle va se faire mal. Parce que j’en voulais à PapaPanda de pas lever son putain de nez de sa tablette et réfléchir 2 minutes au fait que sa fille n’a rien à faire derrière la porte sachant pertinemment que je vais arriver chargée. Parce que je m’en veux de lui avoir fait mal et que j’ai eu peur. Très peur.

Je crie alors que ce n’est pas ce que je devrais faire, ce n’est pas ce que je veux faire. Une partie de moi est comme sortie de mon corps et me dit “mais putain qu’est ce que tu es conne!!!!” mais je n’arrive pas à m’arrêter.

Je m’en veux, je suis fatiguée et ce soir je craque.

J’écris ça ici et pas sur ma page où le blog car PapaPanda le lit et là ce soir j’ai vraiment pas envie de me prendre plus la tête.

Je suis dans la salle de bain, j’ai dit que j’allais prendre ma douche. L’eau coule mais moi je suis là assise au pied de la baignoire en train de pleurer.

Je suis plusieurs mamans en moi. Certaines que j’aime plus que d’autre… Mais celle là… Celle là je la déteste et j’en ai marre de ne pas arriver à la contrôler…

Hier soir, j’ai pleuré sous ma douche. J’ai pleuré à en avoir des haut-le-coeur. J’ai pleuré en me regardant dans le miroir dégoulinante d’eau. J’ai pleuré en m’excusant auprès de ma fille de ne pas avoir réagi comme je l’aurai dû. De ne pas avoir su la réconforter alors que je lui avais fait mal, mais surtout de l’avoir encore plus fait pleurer. D’avoir vu dans ses yeux son incompréhension mais de crier encore.

J’ai pleuré en voyant la culpabilité dans ses yeux. Non, je ne pleure pas à cause de toi ma princesse, mais parce que je suis en colère. En colère contre moi.

Mais aussi en colère car je suis fatiguée, fatiguée de répéter 100 fois les mêmes choses et au final de me mettre dans de tels états  pour des broutilles qui ne devrait même pas avoir lieu. Parce que je l’ai déjà dit, et répéter. Parce que PapaPanda devrait avoir conscience de ce qui l’entoure et anticiper, réfléchir et non pas seulement se laisser porter. Parce que je dois penser à tout et que j’en ai marre. Que je voudrais  arrêter de devoir tout contrôler mais que quand je ne le fais pas voilà le résultat.

Je ne peux pas tout voir, tout savoir, tout faire. J’essaie mais je m’épuise. Je m’épuise à petit feu pour rien. Et cette force, je ne l’ai plus au moment où, comme hier soir, j’en aurai eu besoin pour me calmer.

Hier soir n’est pas représentatif de ma vie. Hier soir n’est qu’un jour parmi tant d’autres qui ne lui ressemble pas.

J’aime ma vie, ma famille. J’aime ce rôle de maman et grâce à lui je grandis un peu plus chaque jour. Mais ce n’est pas facile tous les jours, non. Parfois, j’ai envie de tout plaquer. De partir et de plus penser qu’à moi. De recommencer à Zéro et d’effacer ce passé qui me hante et me fait tant souffrir, de quitter ce quotidien qui certain jour m’oppresse.

Mais à la place, je pleure un bon coup et sors la tête de l’eau pour reprendre mon souffle.

Je ne suis pas toujours la mère que j’aimerai être, mais j’y travaille. Je fais de mon mieux mais comme tout le monde je fais des erreurs. Les reconnaître c’est bien… Arriver à les accepter c’est plus dur. Mais je crois, que je commence à accepter que je ne suis pas parfaite mais que cela ne veut pas pour autant dire que je suis une mauvaise mère.

Hier soir j’ai crié, hurlé, pleuré mais je me pardonne.

5 réflexions sur “J’ai eu peur et j’ai gueulé au lieu de la réconforter

  1. Aurore dit :

    Je me sent moins seul et sa fait du bien de pas se sentir seule ici aussi je crit parfois pour un petit truc ,la peur la fatigue tous mélanger et même si on ne veux pas cest compliqué . Mais heureusement on essaye et je me dit qu’un jour j’y arriverais et il n’y aura plus de cri dans la maison .

    • Maman Panda dit :

      Sur le moment j’avais besoin de le dire car je m’en voulais. C’était un peu une sorte d’auto-flagelation (regardez ce que j’ai fait, je suis une mauvaise mère). Mais aujourd’hui, avec le recul et après avoir respiré un grand coup je me rends compte que c’est pas bien, mais que m’en vouloir rajoute seulement une pression qui me fera craquer encore plus la prochaine fois. Et qu’on est beaucoup comme ça mais que ça ne se dit pas car au final on se fait assez montrer du doigt pour un rien que quand on dérape on le cache et on pense qu’on est seule alors que pas du tout. Et si dans ses moments là on se soutenait plus on serait plus fortes.

  2. Maman Lempicka dit :

    Je crois qu’on a toutes été une Maman Panda un jour, sur ce coup-là. On sait qu’on ne doit pas réagir comme ça et pourtant on le fait. J’ai moi-même hier soir pété une durite. Heureusement que nous ne sommes pas parfaites, sinon, nous ne pourrions pas échanger, prendre du recul, rebondir et nous améliorer. Tu as raison de te pardonner 😊

  3. Mouleflex dit :

    En ce moment je suis un peu comme ça et quand je le dispute pour rien je m’en veux et pleure quand il va au lit.
    Dans la semaine, il est tombé de sa chaise, je l’avais prévu un nombre incalculable de fois mais il est tombé et a eu peur et moi j’ai crié que je l’avais prévenu. C’est tellement con car c’est un enfant, il n’a pas 2 ans et il apprend, mais la fatigue, le moral, le fait que son papa bosse le soir, parfois je craque. Alors ne t’en fais pas, personne n’est parfait, mais culpabiliser et se rendre compte que c’était idiot, c’est la preuve qu’on essaie d’être les meilleures mamans possibles.
    Pleins de bisous. ❤️

    • Maman Panda dit :

      C’est tout à fait ça… Elle a 3 ans mais ça reste une enfant qui n’a pas conscience du danger comme nous et lui gueuler dessus alors qu’elle a eu peur et mal.
      Déjà quand j’engueule PapaPanda quand il fait une bêtise alors que je le lui ai dit 50 fois il comprend pas alors qu’il a 30 ans alors une enfant de 3 ans lool…
      J’essaie d’en rire avec le recul car sur le moment je suis au fond du trou… Mais je pense qu’on a tellement de choses à gérer que c’est dur d’arriver à le faire tout le temps correctement.
      Bon courage à toi car je sais que d’être “seule” à gérer c’est limite plus lourd à vivre que si on l’était vraiment…
      Des bisous ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *