Accepter de Vivre avec ce corps

received_261940924292143

Je parle beaucoup de moi ici, de qui je suis mais beaucoup moins de mon corps. Mais je oui je parle toujours de moi. En même temps quand on ouvre un blog, généralement c’est qu’on a une petite part de narcissisme et d’exhibitionisme pour avoir envie de parler de sa vie et de l’exposer à des inconnus. C’est plus facile à faire derrière un écran et surtout quand cela reste principalement des mots. Mon côté exhibo-narcissique ne doit pas être une grosse part de ma personnalité.

Mais je suis là. Je suis entière et sincère.  J’assume qui je suis et ce que je pense. Enfin… J’assume c’est vite dit.

Non, cela n’a rien à voir avec mon statut de blogueuse (t’as vu j’ai dit que j’étais blogueuse !!!), cela n’a rien à voir avec mes idées, mes convictions et mes envies… Là où ça pêche un peu plus c’est physiquement.

Cela fait des années (que dis-je des décennies) que je me bats avec mon corps.

Alors je vous arrête de suite, ce n’est absolument pas la raison de mon anonymat ici. Si j’ai choisi de ne pas nous exposer aussi bien moi que MllePanda ou même PapaPanda c’est pour une tout autre raison.

Pour ma part, c’est principalement car j’ai une vie en dehors, un emploi dans l’éducation nationale et on sait bien que les ados sont toujours très connectés et je n’ai pas envie de tout mélanger même si les sujets traités ici ne les intéressent sûrement pas.

Pour PapaPanda, il n’a rien demandé et même si il m’encourage dans ma démarche, c’est la mienne. C’est mon choix.

Et pour MllePanda, j’en ai déjà parlé dans un de mes tous premiers articles (ici). C’est ma fille mais je ne suis pas pour autant propriétaire de son image. Elle seule a le droit de disposer de son image et de les diffuser en son âme et conscience. Hors, pour moi, à son âge elle n’est pas aujourd’hui en capacité d’avoir conscience de tout ce que cela peut impliquer…

Donc c’est pour cela que vous ne verrez que des bouts de nous, des silhouettes, des dos. Même si les gens nous connaissant peuvent être à même de nous reconnaître, dans l’absolu ce sont les seuls.

Cela n’a donc rien à voir avec mon corps. Cette enveloppe charnelle qui me dérange.

Comme vous le savez cela fait 10 mois et demi que j’ai entamé un rééquilibrage alimentaire avec l’aide de l’application LSDP ( mon bilan des 6 mois c’est par ici). J’ai perdu 25kg!

Le week-end dernier, j’avais un repas avec ma famille paternelle. J’y ai revu mes cousines que j’adore mais qui depuis quelques années vivent loin (pour leurs études tout d’abord puis pour le boulot). Nous ne nous étions pas vus depuis Noël où j’avais déjà perdu presque 10kg mais cela ne se voyait pas des masses (le corps met un certain temps avant de s’ajuster).  Elles ont été extrêmement surprises en me voyant. En leur disant combien j’avais perdu, l’une d’elle m’a fait une remarque qui m’a laissé sur le cul… “-25kg!!! C’est comme si tu avais perdu 2 MllePanda, tu te rends compte tu peux être fière de toi !”.

Je regarde MllePanda qui fait 12kg pour un peu plus de 90cm. Et je m’imagine en train d’en porter 2 comme elle h24 !

J’ai pris peur.

Mes problèmes avec mon corps ont commencés tôt et j’en connais la cause. Merci ma très chère mère…

Du moment où elle est réapparu dans ma vie (aux alentours de mes 6 ans et demi), elle n’a cessé de me dénigrer. Du haut de ses 30 ans Mme après 2 grossesses arborait un petit 32/xs voir même du 16 ans en pantalon. Alors tout le monde autour d’elle était gros.

Quand je revois des photos de moi petite je me dis non mais lol. OK j’avais de jolies joues mais ça s’arrête là. Je n’étais pas grosse… Même pas rondelette.

Mais elle ne cessait de me répéter d’arrêter de manger, que j’étais déjà assez grosse comme ça. Résultat, je mangeais en cachette et je culpabilisais.

Arrivée à l’adolescence, je n’étais pas grosse. J’avais des formes que les filles de mon âge n’avait pas. À 12 ans je faisais déjà du 90B et à 14 ans du 95C (et présentement je fais un magnifique 95E).

On a commencé à me regarder, ce qui bien sur dérangeait ma mère. Alors il fallait que je me camoufle, elle me disait que j’étais grosse que je ne pouvais pas porter telle ou telle fringue (et dans l’absolu que je dise que j’étais sa petite sœur et non sa fille mais ça c’est un autre sujet).

Je n’avais pas le droit de me maquiller, d’assumer ce corps déjà si différent à côté de celui de mes copines filiformes.

J’étais grosse. Voilà ce que j’avais en tête. Alors bon, un peu plus un peu moins, pourquoi me priver.

J’ai commencé à prendre quelques kilos. Rien d’énorme. Et c’était bien réparti.

À l’age où les gamins sont méchants, je passais au travers des critiques. J’avais beaucoup d’amis garçons. Je les entendais critiquer les filles et je les reprenais souvent. D’autant que la plupart du tard les demoiselles étaient plus fines que moi, ce que je leur faisais d’ailleurs remarquer (car finalement  à chaque fille critiquée, je prenais les remarques pour moi). Mais ils me répondaient que non, que moi j’étais jolie, que c’était pas pareil, que elle avait un gros cul, ou des cuisses de mecs etc etc.

J’ai eu très peu de remarques désagréable sur mon corps, à part de la part de ma mère.

À 16 ans quand je suis partie de chez elle, ça devait être pour moi la liberté. Sauf que le fantôme des années où je n’avais le droit de rien, où je devais tout gérer à la maison pendant qu’elle vivait une vie d’adolescente, a pris le dessus.

J’aurai dû rattraper le temps perdu, mais cette liberté m’a fait peur. Et au lieu de m’ouvrir aux autres, je suis restée chez mon père, derrière mon écran d’ordinateur (oui déjà) car là j’avais le contrôle. Dehors non.

J’ai commencé à chatter, à bloguer. Et à manger. Bah oui, j’étais seule 90% du temps (PapiPanda faisait les 3-8 et était rarement là). Alors bon une ado de 16-17ans seule à la maison, je n’allais pas me jeter sur les légumes à préparer. Pourtant, je savais déjà cuisiner vu que c’est moi qui devais préparer tous les repas du soir chez ma mère depuis des années. Mais pour moi toute seule des plats tout prêt, c’était bien suffisant.

Puis les années ont passées, j’étais rondelette mais rien d’inquiétant. Cela ne mettait aucun frein à ma vie sociale et amoureuse. Au contraire même.

J’étais ronde et j’assumais enfin. J’étais généreuse à l’intérieur tellement que ça se voyait de l’extérieur.

J’aimais celle que je voyais dans le miroir et à part au moment de faire du shopping, le reste du temps mon corps ne me posait aucun problème et ne dérangeait personne.

Jusqu’à lui. C’est lui qui est venu me chercher. C’est lui qui m’a dit que j’étais belle. C’est lui qui faisait des projets d’avenir. Mais… Car oui, il y avait un mais… Il m’aimait (LOL) mais cette relation serai parfaite si je perdais du poids. J’étais un diamant qui serai tellement beau une fois retailler (Re-LOL). Et je l’aimais. Enfin je le croyais. En fait, j’aimais ce qu’il me faisait miroiter. La famille et la stabilité que je n’avais jamais eu.

Alors j’ai commencé un régime. Je me suis privée, j’étais frustrée… Et plus je perdais du poids, plus il s’éloignait de moi. Pour au final me quitter.

Il m’a laissé là, avec ce corps amaigri mais que je ne supportais plus. Ce corps que je n’assumais plus, que je n’aimais plus.

Vous vous douterez bien que tous les kilos perdus pour de mauvaises raisons,  je les ai repris, aidée par l’arrêt de la cigarette qui en a ajouté quelques uns supplémentaires.

Mais par chance PapaPanda aime bien ça. Il aime bien mes grosses fesses et mon bidon tout moelleux.

Alors petit à petit, j’ai réapprivoiser ce corps qui ne me ressemblais plus.

La grossesse m’a beaucoup aidé aussi. Ce bidou qui n’était plus rond juste par la faute de ses vilains kilos, mais parce qu’il cachait la plus belle chose du monde. La vie.

Mes seins et mon ventre se faisaient concurrence et cela ne me dérangeait pas. D’autant que la balance ne bougeait pas. Par chance, ma grossesse a pioché dans mes réserves. 9 mois = 1kg (oui la je sens que tu me détestes, mais rassure toi, j’envie tes 15kg mais ton retour au 38 après coups). Car oui 1kg durant ma grossesse… Mais quasiment 14 kg durant mes 10 mois d’allaitement.  Non mais non ! L’allaitement c’est pas sensé aider à perdre justement ? Bah pas pour tout le monde apparemment.

Sauf que là, je n’ai pas supporté les chiffres sur la balance… 3 chiffres heuuu non mais allo comme dirai l’autre !

Non, non, non. Là je ne peux pas. Je ne peux pas faire ça à mon corps. J’aime mes formes mais il y a des limites.

Je sais que je ne rentrerai plus dans un pantalon taille 38 c’est impossible avec ma morphologie. Et ce n’est pas ce que je vise… Mais là c’est trop.

– 25kg déjà et je me sens bien. Enfin je serai mieux si mon corps suivait. Mais à force de le maltraité, de le désarmer, ce corps que je ne peux quitter ne suis plus.

Vive la peau du ventre distendue et le tablier qui tombe. Et ça j’aurai beau perdre, il ne disparaîtra pas. Au contraire même. Pour remédier à cela il n’y aura qu’une solution passer sur le billard. Mais bon, pour le moment hors de question d’y penser. Bébé2 d’abord. Mon ventre je préfère le voir tout rond plutôt que tout plat.

Je suis ronde. Certains diront grosse. Dans l’absolu je dois bien les porter car je reçois peu de critiques directes. Mais indirectement… Quand tu fais la queue à la caisse et que gentillement la mamie à la caisse d’à côté te dit “Vous savez madame,  vous avez une caisse prioritaire au bout”, tu souris jaune et tu dis merci mais ça ira entre tes dents tout en pensant ” Merde Conna**** (désolée pour elle) j’ai perdu 25kg, d’où tu crois que je suis enceinte”. Une fois j’ai répondu que je n’étais pas enceinte. La dame très gênée m’a répondu que j’étais tellement radieuse et que je portais tellement bien mes rondeurs qu’elle le pensais… Oui, on peut être ronde et assumer. Ça ne veut pas dire pour autant qu’on est enceinte (surtout quand on le voudrai mais que ce n’est pas le cas). 

Ce n’est pas tous les jours facile, mais maintenant à 30 ans, j’ai décidé de que c’était fini. Après des années à me battre contre lui, je pense qu’il est tant de faire la paix. Et plus je l’accepte et plus je réalise que ce corps je l’aime. Même si il n’est pas parfait, même si il ne rentre pas dans la jolie petite robe de mes rêves, il est celui qui me porte et me supporte depuis 30 ans. Et il en faut de la force avec tout ce que je lui ai fait subir.

Mon corps ne sera jamais parfait aux yeux de la société mais un jour, il le sera à mes yeux et cela sera ma victoire. En attendant… Il est parfait aux yeux de ma fille et mon homme et c’est tout ce qui compte.

Puis apparemment c’est plus confortable pour les câlins…

 

Une réflexion sur “Accepter de Vivre avec ce corps

  1. anne35blog dit :

    moi aussi je suis ronde, il y a des jours ou je m’en fou mais d’autres ou cela m’énerve prodigieusement, je faisait trois tailles de moins avant d’avoir eu mes quatre enfants mais je suis terriblement gourmande!

  2. Bénédicte @la-vie-de-bigoudi dit :

    Si tu savais comme cela fait du bien de ne pas être seule. J’en ai 32 et moi aussi les formes cela me connais depuis bien longtemps et dur dur de s’en séparé. Mon mari m’aime également depuis 12 ans mais je me sent parfois mal à l’aise avec mon corps malgré l’amour qu’il me porte. Dans ma famille je suis la seule à être aussi ronde et grande avec l’impression d’être le vilain petit canard .Je te rassure lallaitement m’a également fait prendre bons nombre de kilos .
    En tout cas merci beaucoup de ce courageux article qui m’a fait un bien fou.

    • mamanpandablog dit :

      Alors tout d’abord merci à toi. Je pensais être la seule à avoir prit du poids avec l’allaitement lol.

      Ici également je suis la seule à être ronde. Ma mère à 50 ans et après 3 enfants mets toujours du 36. Mon père a été très fin jusqu’à ma grossesse… Pendant ma grossesse il a dû faire une couvade lol il a prit le même bide que moi sauf lui l’a toujours pas perdu.
      Ma demie sœur fait un régime grossissant tellement elle est maigre… Bref je me sens pas vraiment à ma place et après les années de critique de ma mère j’ai toujours l’impression qu’on va me juger au vu de ce que je vais manger ou pas…
      Mais maintenant à 30 ans j’essaie de passer outre, et de vivre avec ce corps et de l’accepter pour moi et non pour le regard des autres.

  3. mamansurlefil dit :

    Comme je te rejoints ! D’autant que je me souvienne, je me suis toujours trouvé grosse ! Je n’ai pas ton histoire, ta relation avec ta mère ! Les remarques étaient plus voilée, plus subtiles dites sous le ton d’une angoisse permanente mais les effets à long terme sont les mêmes !
    J’ai pris 15 kg pendant ma première grossesse , reperdu assez vite puis des problèmes de thyroïde, de dépression plus tard j’ai fait le yoyo ! Aujourd’hui, je suis stabilisée a un poids qui me convient plus ou moins, mais mon corps porte les stigmates de tout ca !
    Alors, tu as raison, profitons de notre famille, laissons le regard des autres et notre propre regard de côté, assumons nos formes, vestiges de notre passé, pas toujours apaisé mais qui fait Ce que nous sommes aujourd’hui !

    Virginie

  4. GToch dit :

    Difficile de s’accepter même dans des situations bien plus simples que la tienne…
    Jusqu’à il y a peu, ça ne me gênait pas plus que ça.
    Mais après le 4ème et maintenant que l’on sait qu’il n’y en aura plus, j’ai vraiment senti le besoin de faire qqc.
    Le rééquilibrage, ça va faire 1 mois pour nous **et oui, Papa doit s’y mettre aussi !** et c’est plutôt pas mal dans le principe.
    Bon courage et félicitations pour la perte de tes 2 Melle Panda 😀 😀 😀
    Ici aussi je compte souvent les kilo de mon homme en Pilous !!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *