2018, quand la normalité n’est plus naturelle

À l’heure des nouvelles technologies, d’internet et des réseaux sociaux ouvrant les gens au monde et face à tant de possibilités de découverte, l’ouverture d’esprit devrait être à son maximum. Pourtant ,j’ai l’impression que les êtres humains n’ont jamais été aussi peu connectés entre eux (ont-ils oublié d’activité leur Bluetooth ?).

4 semaines que nous sommes 4… 4 semaines que nous baignons dans le bonheur et pourtant une part de moi se sens mal.

Je suis triste, quand je regarde autour de nous, quand je pense à l’avenir. Le mien mais surtout ceux de ma famille, mes enfants.

Quand je vois le monde dans lequel on vit, dans lequel ils vont grandir et évoluer, je ne suis pas sereine. Heureusement, nous serons là pour les aider et surtout leur permettre de devenir des adultes épanouis et ouvert de cœur et d’esprit.

Le fait que ce monde est mal barré n’est pas nouveau, mais depuis quelques mois j’ai l’impression qu’il régresse de plus en plus.

On est loin des voitures volantes et des overboards du 21ème siècle. On cherche de la vie extraterrestre et pourtant on n’est pas capable d’accepter les choses les plus naturelles et essentielles pour nous. Alors comment peut-on penser être capable d’accepter les différences des autres si l’on n’est pas à même de faire preuve de tolérance entre nous ?

Quand je lis qu’une femme a été priée de rentrer chez elle (enfin foutu dehors et réduite au rôle de mère au foyer ne devant pas sortir de chez elle) car elle a voulu allaiter son enfant dans un commissariat, ou à la caf. Quand je vois les regards méprisants ou choqués à la vue d’une mère allaitante, ne faisant que nourrir son enfant le plus naturellement du monde, j’ai de la peine (puis c’est vrai c’est tellement mieux de donner du lait industriel pouvant être contaminé…).

Je précise, je ne juge pas les mères qui donnent le biberon et ne dit en rien que donner le sein est mieux (car il vaut mieux un biberon donné avec amour qu’un allaitement fait à contre cœur). Je donne juste des arguments contre ses jugements intempestifs et non fondés.

Quand, comme ce matin, je vois les gens se retourner sur mon homme ou le regarder en coin car c’est lui qui porte notre fils (alors que je suis à côté en plus, qu’elle mère indigne je fais) et qu’en plus il ne le porte pas dans un bon gros porte bébé bien viril mais dans un sling physiologique, je me dis wouaou ! Les gens sont à se point fermés ?!? Leur vie et à ce point vide pour qu’ils aient du temps à perdre à juger quelque chose d’aussi normal qu’un père s’occupant de son enfant ?

Comment l’être humain peut-il être aussi insensible face aux massacres humains ou animaux (non, je ne suis pas vegan, pas militante en quoi que ce soit… Juste sensible aux autres).

Comment peut-on fermer les yeux sur la destruction de notre planète à cause du nombrilisme ambiant…

Comment peut-on être aussi auto-centré et en même temps se sentir aussi supérieur pour se permettre de juger ceux et celles qui ne font de mal à personne et qui font seulement ce qui est normal ?

Pourquoi en tant que mère pour la 2ème fois, je dois encore supporter d’entendre des jugements sur ma façon d’élever mes enfants. Que je sache, ma grande se porte bien, elle est bien élevée, elle a beaucoup de vocabulaire pour son âge (et oui, les écrans sont très présent à la maison mais utilisés à bon escient et couplés avec des activités diverses et beaucoup d’amour pour moi ils n’ont rien de néfaste). Je l’ai allaité, porté, pratiqué le cododo, materné et j’en passe… Je n’ai rien “prémédité”, je n’étais et ne suis toujours pas bloquée sur telle ou telle façon de faire. J’ai juste fait ce que je pensais et je pense être le mieux pour nous, et je pense être la mieux placé (avec PapaPanda) pour le savoir.

Alors oui, je suis fatiguée d’entendre encore des réflexions sur l’allaitement ( il téte souvent, ton lait ne doit pas être assez nourrissant. Tu n’as pas honte d’exhiber tes seins comme ça ? Heuuu et toi tu n’as pas honte de trouver normal le fait de voir une femme nue sur un abri-bus pour vendre un parfum et choquant une mère qui nourrie son enfant comme la nature la créée?…).

Marre d’entendre que je vais faire de mon fils un assisté ou un enfant capricieux car je réponds à ses besoins, que je le porte et que je ne le laisse pas pleurer.

Il y a quelques années, décennies, siècles, les hommes et femmes se sont battus pour faire évoluer les mœurs, pour que les mentalités changent et que les gens soient plus libres de leurs actes et de leurs pensées. Je me demande ce qu’ils pourraient penser en voyant qu’aujourd’hui, en 2018, nous ne sommes plus libres de faire les choses les plus naturelles qu’il soit sans être montré du doigt. Pendant des années les gens se sont battus et se battent encore pour la parité homme femme, et un homme s’occupant de ses enfants gêne encore au même titre qu’une femme dérange lorsqu’elle occupe certains postes professionnels. Que ces même femmes voulant leur indépendance et leur liberté juge un homme ne faisant que ce qu’il doit. Être un père.

Aujourd’hui, une poitrine siliconée est devenue la normalité là où un sein nourrissant un enfant est devenu indécent (je rappelle quand même que c’est son utilité première non ?!).

Là où l’on espère plus d’humanité, on invente des poussettes motorisées et des transats reproduisant des bercements plutôt que de prendre son enfant contre soi.

Les années passent, les technologies évoluent mais les mentalités restent figées voir même régressent.

Mais j’ai espoir quand je vous lis (surtout sur Facebook ici ) que tout cela change et que MllePanda et MiniPanda puissent grandir dans un monde plus connecté… Humainement parlant.

Oublions un peu la normalité et rappelons nous que certaines choses naturelles sont bien souvent plus adaptées à nos besoins que tous les progrès de l’évolution aussi ingénieux soient-ils …

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “2018, quand la normalité n’est plus naturelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *